Aujourd'hui,

Simon Compaoré a échangé avec une délégation de la Fédération des Associations Islamiques du Burkina (FAIB)  sur le très contesté projet de loi sur les libertés religieuses.



«J'ai voulu cette rencontre dans le but de recueillir vos préoccupations et suggestions en vue d'enrichir au mieux le projet de loi sur les libertés religieuses. Le dossier est au stage de projet et donc susceptible d'amendement... Point par point, nous répondrons à vos préoccupations», a déclaré le Ministre d’Etat.

Samedi, la FAIB avait publié un communiqué rejetant ce projet de loi, assurant que son «application en l’état va réduire la liberté de conscience et de culte telle que reconnue par notre constitution, avec très probablement des conséquences dommageables sur le vivre ensemble apprécié de tous au Burkina Faso. »