Aujourd'hui,
URGENT
USA: Le célèbre basketteur Kobe Bryant est mort dans un accident d'hélicoptère. Il était âgé de 41 ans.
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»

SOCIETE

Ce jeudi 13 novembre 2018, à  l’occasion du 20e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo et de ses compagnons (Ernest Zongo, Blaise Ilboudo et Abdoulaye Nikièma), les organisations membres du Collectif ont procédé à un dépôt de gerbes de fleurs au cimetière municipal  de Gounghin. Cet hommage a marqué ainsi le début des activités de la commémoration.

Cette année, à la faveur des 20 ans de l’assassinat de Norbert Zongo, Le Collectif des organisations démocratiques de masses et de Partis politiques et la Coalition nationale de lutte Contre la Vie chère ont organisé des hommages à Norbert Zongo et ses compagnons, à Flavien Nebié, Boukary Dabo, aux victimes de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et de la résistance au putsch de septembre 2015. A cet effet, des gerbes de fleurs ont été déposées  sur les tombes des « martyrs » ce matin au cimetière de Gounghin.

20 ans après, le peuple reste déterminer  pour exiger vérité et justice suite au drame de  Sapouy. A en croire, le président de l’Association des Journalistes du Burkina (AJB), Guézouma Sanogo, « 20 ans après, il y a eu des victoires d’étapes comme l’insurrection populaire, la réouverture du dossier et l’inculpation de trois des suspects identifiés par la commission d’enquête indépendante ainsi que  l’avis favorable de la justice française à l’extradition de François Compaoré ».

Pour Stanislas Bénéwendé Sankara, l’un des avocats de la famille Zongo, 20 ans après le dossier Norbert Zongo semble être à la case départ pour la simple raison que l’instruction du dossier n’a pas véritablement commencé qu’après l’insurrection populaire : «L’instruction sérieuse du dossier Norbert Zongo a commencé après la fuite de l’ancien président Blaise Compaoré, ce qui a permis à la justice, de se saisir à nouveau sur la base d’éléments qui ont pu charger des gens qui sont aujourd’hui inculpés comme François Compaoré».  A l’en croire, on ne pourra  parler d’évolution que lorsque le juge d’instruction  rendra une ordonnance de renvoi devant une juridiction de jugement mais, il rassure  l’opinion que les avocats qui sont constitués veillent d’abord au procès équitable et aux principes des droits de la défense et la manifestation de vérité.

Le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a quant à lui  affirmé que le gouvernement a accompli  sa part avec tout ce qui a été fait par les avocats du gouvernement  et la demande d’extradition. 

Marche meeting, lancement d’un film documentaire à la bourse du travail sur les 20 ans de lutte du CODMPP et de la CCVC pour la vérité et la justice dans l’affaire Norbert Zongo mettra fin à cette commémoration.

 

 

 

 

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé