Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

SOCIETE

Une cellule de terroristes présumés -composée de deux Burkinabè, un Ivoirien et un Malien- a été démantelée jeudi 6 décembre au Mali, selon les services de renseignements de ce pays. Elle est soupçonnée de préparer des attentats à Ouagadougou, Bamako et Abidjan à l’occasion des fêtes de fin d’année, d'après un communiqué de presse des renseignements maliens. 

«Adama Konaté, 31 ans originaire de Yira Dioubasso au Burkina, tout comme son frère Kassim Konaté ainsi que Youssouf Sako et Abdramane Sanogo ont été appréhendés alors qu’ils s’apprêtaient à perpétrer des attentats sur certains points sensibles d’Abidjan, Bamako et Ouagadougou lors des fêtes de fin d’année», selon le communiqué des renseignements maliens. Ils ont été interpellés près de Koutiala (sud), non loin de la frontière avec le Burkina Faso. 

Le chef de la cellule, Adama Konaté, et ses trois lieutenants auraient participé au double attentat du 2 mars dernier à Ouagadougou contre l’Etat-major général des armées et l’ambassade de France. Cette  double attaque avait fait 8 morts et 85 blessés. 

C’est lui qui assurait la succession d’Abdallah Sawadogo, le djihadiste abattu par les gendarmes burkinabè à Rayongo, en périphérie de Ouagadougou, le 22 mai 2018.

«A ce titre il était devenu le point focal des groupes terroristes dans la jonction des trois frontières, (Mali, Burkina et Cote d’Ivoire) et avait entamé une opération de recrutement. Toutefois Kassim Konaté installé à Abidjan était chargé de la reconnaissance des sites susceptibles de faire objet d’éventuels attaques», relate le document.

Sur lui, ont été découvert des images des différents endroits ciblés.

La cellule démantelée serait aussi impliquée dans l'enlèvement d'une  religieuse colombienne en février 2017 dans cette région du Mali, précisent  les renseignements maliens dans le communiqué publié mercredi 12 décembre.

Les trois pays collaborent étroitement pour agir efficacement dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, conclut le communiqué.