Aujourd'hui,
URGENT
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde
Soudan: retour au calme à Khartoum malgré la suspension des pourparlers
Burkina: 88 conventions à hauteur de 1 176 milliards de F CFA signées en 2018 (Discours sur la situation de la nation)
Burkina: le Premier ministre Dabiré a exposé ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la nation, pour lui le bilan est plutôt satis
Niger: 17 militaires tués et 11 autres  portés disparus au cours d'une embuscade à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali

SOCIETE

Le réseau, Initiatives des journalistes africains pour la coopération et le développement (IJACOD) a entamé, jeudi ce jeudi 6 décembre à Ouagadougou, la 1re  édition du Salon international de la coopération pour le développement (SICOD). Selon cette dépêche de l’AIB, ce salon a pour but de rendre plus visibles les actions de coopération entre  le gouvernement et ses partenaires.

«Le SICOD vise à contribuer par la communication à la visibilité, la bonne gouvernance et à la gestion participative des actions de coopération pour le développement en mettant en exergue les pans des relations qu’entretient le Burkina Faso avec ses partenaires au développement», a déclaré le ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelles (MJFIP), Soumaïla Ouédraogo.

M .Ouédraogo, s’exprimait jeudi, à l’ouverture officielle du SICOD, une manifestation qui se tient du 6 au 10 décembre 2018, autour du thème : «Quelles stratégies de communication pour une meilleure visibilité des actions de coopération dans un contexte de menaces sécuritaires au Burkina Faso».

Selon le président du  comité d’organisation du Salon, Jean Victor Ouédraogo, le choix de ce thème a été dicté par le contexte sécuritaire qui est aujourd’hui celui du Burkina Faso. «La lutte contre le terrorisme ne saurait être l’apanage des Forces de défenses et de sécurités (FDS). Tout citoyen épris de paix et de stabilité y a sa partition à jouer», a-t-il indiqué. C’est pourquoi, de son avis, le rôle des communicateurs et journalistes dans cette nouvelle donne est de toujours traiter l’information relative à la sécurité avec tout le professionnalisme requis et le sens de la responsabilité sociale.

Pour la représentante des Partenaires techniques et financiers(PTF) du Burkina Faso, Mme Metsi Makhetha, dans le contexte sécuritaire difficile où les citoyens ont besoin d’informations fiables et impartiales provenant des sources médiatiques diversifiées, l’initiative est à louer.

Le SICOD est né de la volonté des journalistes et communicateurs pour susciter un changement dans les stratégies de communication sur les actions de coopération pour le développement du Burkina Faso.

Agence d'Information du Burkina

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé