Aujourd'hui,
URGENT
Politique: le groupe parlementaire dissident de l'UPC a changé de dénomination et s'appelle désormais Groupe parlementaire RD (UPC)
France: Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat contre le marché de Noël à Strasbourg qui a fait 3 morts, a été abattu par la police
Royaume-Uni: le Parlement votera sur le Brexit entre le 7 et le 21 janvier 2019
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa à 10 jours de la présidentielle, d'importants dégâts matériels
Mali: arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan pendant les fêtes de fin d'année
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)

SOCIETE

La 13e édition des traditionnelles Journées nationales du refus de la corruption (JNRC) se tiendront du 1er au 10 décembre 2018. L’édition de cette année est placée sous le thème : «La corruption dans le secteur de la santé : manifestations, impacts, responsabilités des gouvernants, rôle et place des populations dans la lutte.»

S’inscrivant dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de la lutte contre la corruption qui a lieu le 9 décembre de chaque année, les JNRC constituent pour le Réseau national de lutte anti-corruption (Ren-Lac), un véritable cadre de sensibilisation des populations sur les méfaits de la corruption et d’interpellation des pouvoirs publics pour la prise de mesures vigoureuses en vue de lutter plus efficacement contre le phénomène.

Selon le Dr Claude Wetta, secrétaire exécutif du Ren-Lac, le rapport 2017 de l’institution sur l’état de la corruption au Burkina, qui classe la santé au 13è rang des services publics les plus touchés par la corruption, pointe du doigt les rakets de patients lors des consultations, les détournements de matériels et de médicaments couverts par la gratuité, ainsi que les détournements de malades vers les centres de santé privés. Ces éléments selon le Dr Wetta, sont renforcés par les résultats d’une étude spécifique réalisée courant 2017 et édité en 2018 par le Ren-Lac.

«En plus de l’insuffisance du matériel biomédical dans les centres de santé, les pratiques telles que la vente directe de produits par les agents de santé, les surfacturations des médicaments, l’utilisation des réactifs et du matériel du service public à des fins privées, les détournements de médicaments subventionnés au profit des pharmacies privées ou la vente de médicaments par les prestataires de soins dans les services de santé, etc., sont légion. Il s’agit de pratiques malsaines et mafieuses qui se développent aujourd’hui dans la quasi-totalité des centres de santé publics, transformant nos hôpitaux en des cliniques privées au profit d’agents indélicats», fait remarquer le SE du Ren-Lac. Alors que le phénomène semblait amorcer une baisse, selon les résultats des sondages 2015 et 2016 du réseau, ceux du sondage 2017 ont révélé une recrudescence de la perception des faits de corruption.

Ces pratiques selon M. Wetta ne sont pas sans conséquences. «Il est en effet indiscutable que la corruption compromet l’accès effectif des populations, surtout celles pauvres, à des soins de santé de qualité. Cette situation peut avoir de fortes répercutions sur leur productivité économique et partant, menacer leur survie», indique Claude Wetta. En plaçant cette 13è édition des JNRC sous le signe de la corruption dans la santé, le Ren-Lac entend mettre ce secteur au cœur des priorités de la lutte anti-corruption en 2019. Il est donc attendu une mobilisation de tous les acteurs pour faire front commun contre ce fléau dévastateur dans les centres de santé.

Les activités commémoratives de cette 13è édition auront lieu à Ouagadougou et dans les cinq régions abritant les Comités régionaux anti-corruption (Crac). A Ouagadougou, les activités prévues sont entre autre : un panel sur le thème des JNRC ; le lancement officiel de la plateforme d’information anti-corruption «Veenem AC» ; des conférences publiques dans les écoles de santé publique et privées ; animation de théâtres forum à Bogodogo et à Bissighin ; animation d’émissions télé et radio pour alimenter le débat public sur la thématique de la corruption dans le secteur de la santé.

FESPACO 2019

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé