Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Le procès du putsch manqué de 2015 de nouveau renvoyé au 29 juillet, dans l'attente d'une décision du Conseil constitutionnel. 
Football: Kamou Malo, précédemment coach de l'USFA, est le nouveau sélectionneur des Etalons (communiqué FBF).  
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France

SOCIETE

Une délégation de l’ONG Hunger free world/Burkina  avec à sa tête le chargé  de plaidoyer et sensibilisation, Frédéric  Ilboudo, a été reçu en audience par le cardinal Philippe Ouédraogo ce mardi 27 novembre 2018 à l’archevêché de Ouagadougou. Oeuvrant pour l’inscription  du droit à l’alimentation dans la Constitution Burkinabè, la délégation est allée demander le soutien du «père» de la grande famille  catholique.


Hunger free world (HFW) est une ONG internationale créée en 2000 dont le siège est à Tokyo au Japon. Présente dans plusieurs pays dont le Burkina Faso, elle se fixe pour objectif d’œuvrer à la création d’un monde libéré de la faim. Elle met en œuvre des projets et des programmes de développement durable dans des zones où l’autonomie alimentaire n’est pas acquise pour cause de pauvreté.

A travers le plaidoyer, HFW travaille à influer sur les décisions touchant aux questions de la faim et, il est orienté vers les décisions et les leaders communautaires qui peuvent influencer les décisions dans ses zones d’intervention dans le but de créer un environnement favorisant les actions contre la faim.

Selon le chargé de plaidoyer M. Ilboudo, le droit à l’alimentation n’est pas un droit à être nourri mais un droit de se nourrir et d’être assisté en cas de sinistre entrainant l’incapacité de se nourrir par ses propres moyens. «Notre plaidoyer à l’archevêché répond dans le sens de maintenir la sensibilisation et de mobiliser les Burkinabè pour que le droit à l’alimentation puisse être une réalité dans notre constitution » a déclaré M .Ilboudo. Par ailleurs, la délégation est convaincu que l’adoption du droit à l’alimentation dans la constitution burkinabè boostera l’autorité Burkinabè à plus œuvrer «déjà inscrit dans ses articles 25 26 et 135 , si  le droit à l’alimentation est adopté dans la constitution , cela mobilisera plus les autorités à travailler à ce que chaque Burkinabè puisse avoir son pain quotidien», a laissé entendre Frédéric Ilboudo.

Le cardinal Philippe Ouédraogo a,  pour sa part salué  la «noble lutte» de l’ONG tout en affirmant l’engagement et  la disponibilité de l’église catholique à les accompagner. «Au-delà de toute considération ethnique et religieuse, la pauvreté n’a pas de limite. L’Eglise ne peut pas être indifférente à la souffrance humaine de quelque nature que ce soit  donc si vous avez besoin de notre collaboration et quoi que nous puissions faire nous serons disponible», a affirmé le cardinal.

Après l’église catholique, la délégation prévoit rencontrer le Chef de file de l’opposition politique ainsi que la Majorité présidentielle toujours dans la dynamique de plaidoyer et de sensibilisation. 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé