Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

Une délégation de l’ONG Hunger free world/Burkina  avec à sa tête le chargé  de plaidoyer et sensibilisation, Frédéric  Ilboudo, a été reçu en audience par le cardinal Philippe Ouédraogo ce mardi 27 novembre 2018 à l’archevêché de Ouagadougou. Oeuvrant pour l’inscription  du droit à l’alimentation dans la Constitution Burkinabè, la délégation est allée demander le soutien du «père» de la grande famille  catholique.


Hunger free world (HFW) est une ONG internationale créée en 2000 dont le siège est à Tokyo au Japon. Présente dans plusieurs pays dont le Burkina Faso, elle se fixe pour objectif d’œuvrer à la création d’un monde libéré de la faim. Elle met en œuvre des projets et des programmes de développement durable dans des zones où l’autonomie alimentaire n’est pas acquise pour cause de pauvreté.

A travers le plaidoyer, HFW travaille à influer sur les décisions touchant aux questions de la faim et, il est orienté vers les décisions et les leaders communautaires qui peuvent influencer les décisions dans ses zones d’intervention dans le but de créer un environnement favorisant les actions contre la faim.

Selon le chargé de plaidoyer M. Ilboudo, le droit à l’alimentation n’est pas un droit à être nourri mais un droit de se nourrir et d’être assisté en cas de sinistre entrainant l’incapacité de se nourrir par ses propres moyens. «Notre plaidoyer à l’archevêché répond dans le sens de maintenir la sensibilisation et de mobiliser les Burkinabè pour que le droit à l’alimentation puisse être une réalité dans notre constitution » a déclaré M .Ilboudo. Par ailleurs, la délégation est convaincu que l’adoption du droit à l’alimentation dans la constitution burkinabè boostera l’autorité Burkinabè à plus œuvrer «déjà inscrit dans ses articles 25 26 et 135 , si  le droit à l’alimentation est adopté dans la constitution , cela mobilisera plus les autorités à travailler à ce que chaque Burkinabè puisse avoir son pain quotidien», a laissé entendre Frédéric Ilboudo.

Le cardinal Philippe Ouédraogo a,  pour sa part salué  la «noble lutte» de l’ONG tout en affirmant l’engagement et  la disponibilité de l’église catholique à les accompagner. «Au-delà de toute considération ethnique et religieuse, la pauvreté n’a pas de limite. L’Eglise ne peut pas être indifférente à la souffrance humaine de quelque nature que ce soit  donc si vous avez besoin de notre collaboration et quoi que nous puissions faire nous serons disponible», a affirmé le cardinal.

Après l’église catholique, la délégation prévoit rencontrer le Chef de file de l’opposition politique ainsi que la Majorité présidentielle toujours dans la dynamique de plaidoyer et de sensibilisation.