Aujourd'hui,
URGENT
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde

SOCIETE

Une délégation de l’ONG Hunger free world/Burkina  avec à sa tête le chargé  de plaidoyer et sensibilisation, Frédéric  Ilboudo, a été reçu en audience par le cardinal Philippe Ouédraogo ce mardi 27 novembre 2018 à l’archevêché de Ouagadougou. Oeuvrant pour l’inscription  du droit à l’alimentation dans la Constitution Burkinabè, la délégation est allée demander le soutien du «père» de la grande famille  catholique.


Hunger free world (HFW) est une ONG internationale créée en 2000 dont le siège est à Tokyo au Japon. Présente dans plusieurs pays dont le Burkina Faso, elle se fixe pour objectif d’œuvrer à la création d’un monde libéré de la faim. Elle met en œuvre des projets et des programmes de développement durable dans des zones où l’autonomie alimentaire n’est pas acquise pour cause de pauvreté.

A travers le plaidoyer, HFW travaille à influer sur les décisions touchant aux questions de la faim et, il est orienté vers les décisions et les leaders communautaires qui peuvent influencer les décisions dans ses zones d’intervention dans le but de créer un environnement favorisant les actions contre la faim.

Selon le chargé de plaidoyer M. Ilboudo, le droit à l’alimentation n’est pas un droit à être nourri mais un droit de se nourrir et d’être assisté en cas de sinistre entrainant l’incapacité de se nourrir par ses propres moyens. «Notre plaidoyer à l’archevêché répond dans le sens de maintenir la sensibilisation et de mobiliser les Burkinabè pour que le droit à l’alimentation puisse être une réalité dans notre constitution » a déclaré M .Ilboudo. Par ailleurs, la délégation est convaincu que l’adoption du droit à l’alimentation dans la constitution burkinabè boostera l’autorité Burkinabè à plus œuvrer «déjà inscrit dans ses articles 25 26 et 135 , si  le droit à l’alimentation est adopté dans la constitution , cela mobilisera plus les autorités à travailler à ce que chaque Burkinabè puisse avoir son pain quotidien», a laissé entendre Frédéric Ilboudo.

Le cardinal Philippe Ouédraogo a,  pour sa part salué  la «noble lutte» de l’ONG tout en affirmant l’engagement et  la disponibilité de l’église catholique à les accompagner. «Au-delà de toute considération ethnique et religieuse, la pauvreté n’a pas de limite. L’Eglise ne peut pas être indifférente à la souffrance humaine de quelque nature que ce soit  donc si vous avez besoin de notre collaboration et quoi que nous puissions faire nous serons disponible», a affirmé le cardinal.

Après l’église catholique, la délégation prévoit rencontrer le Chef de file de l’opposition politique ainsi que la Majorité présidentielle toujours dans la dynamique de plaidoyer et de sensibilisation. 

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé