Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

SOCIETE

Le Burkina abrite les 30 novembre et 1er décembre prochain, la 7ème conférence ministérielle de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) qui a pour thème «autonomisation de la femme dans les Etats membres de l’OCI: enjeux, défis et perspectives». En prélude à cet évènement, le ministère en charge de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille a animé une conférence de presse ce mardi 27 novembre 2018 pour décliner les enjeux de l’organisation de cette session.


Depuis 2006, l’OCI organise chaque deux an une conférence ministérielle sur le rôle de la femme dans le développement des pays membres. Cette conférence sur le rôle de la femme dans le développement des Etats membres de l’OCI, première du genre en Afrique noire, vise à offrir aux Etats membres ainsi qu’aux institutions partenaires l’opportunité de discuter des avancées sur les questions de l’autonomisation de la femme, de la mise en œuvre du plan d’Action de l’OCI sur la promotion de la Femme (OPAAW) et les politiques du genre dans les Etats membres de l’OCI. Selon la ministre Marie Hélène Ilboudo/Marshall, elle vise également à identifier les principaux obstacles et challenges auxquels sont confrontées les  femmes  dans  les  Etats membres.

La conférence se déroulera en deux jours et comportera une réunion des experts et une conférence des ministres. La  première  journée  sera  consacrée à une réunion préparatoire des  experts des Etats membres. Cette réunion vise à étudier les documents à soumettre à la conférence ministérielle. Cette rencontre ministérielle se déroulera le deuxième jour et regroupera les ministres ainsi que les experts des Etats membres.  La  Conférence appréciera  les  documents  soumis  par  la  réunion  des  experts et  procédera  à l’adoption de résolutions et recommandations.

A entendre la ministre, près de 10 ans après l’adoption du premier plan d’action de l’OCI pour la promotion de la femme au Caire, d’énormes défis restent encore à être relever. Donc, explique-t-elle, cette conférence échangera sur les voies et moyens pour faire face aux multiples défis que font face les femmes dans leur lutte quotidienne, afin de dégager des perspectives pour un mieux-être. Elle mettra également en exergue les engagements des Etats membres notamment la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, la réalisation de la justice et de l’égalité de genre, les poids économiques, sociaux et psychologiques qui pèsent sur les femmes et les filles
Pour ce faire, les participants auront l’opportunité de faire un partage d’expériences et de connaissances pouvant aboutir à des recommandations spécifiques sur la mise en œuvre du plan d’action de l’OCI pour la promotion de la femme.

Les participants à cette conférence sont les ministres en charge de la Promotion de la Femme et du genre et leurs experts, le secrétariat général et les institutions spécialisées et affiliées de l’OCI, les membres du comité consultatif auprès de la conférence ministérielle sur le rôle des femmes dans le développement des Etats membres, les institutions internationales et régionales telles que le Pnud et l’Onu-Femme, des personnes ressources. Créée en 1969, l’OCI se présente comme l’une des plus grandes organisations intergouvernementales regroupant 57 Etats dont le Burkina Faso.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé