Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

SOCIETE

Le Club des étudiants en communication et journalisme de l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo tient du 15 au 17 novembre à Ouagadougou les «72 heures du communicateurs 2018» sous le thème «acteurs de l’information et de la communication face aux défis des objectifs du développement durable». La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce jeudi 15 novembre en présence des autorités du monde de la communication.

Pour cette édition 2018 des «72 heures du communicateur», élèves, étudiants et professionnels des média passeront en revue les ODD sous l’égide d’experts en la matière. A écouter le président du Club, Arnaud Fidèle Yaméogo, étant donné que nous sommes dans un pays en voie de développement donc, avance-t-il «nous en tant qu’acteurs de la communication, nous avons notre rôle à jouer. Donc, durant ces 72heures, nous avons choisi de réfléchir sur ce thème et d’inciter nous communicateurs et journalistes à nous approprier même les objectifs du développement durable qui, en réalité au-delà de la profession que nous menions, est une thématique qui intéresse notre société». 

Et pour le patron de la cérémonie, Remis Fulgance Dandjinou, représenté par son chargé de missions Victorien Aymar Sawadogo, ce genre d’activité est à encourager et à  promouvoir. Car, soutient-il «ce sont les jeunes qui ont plus de rôle à jouer dans l’accompagnement du gouvernement à conduire le Burkina Faso vert un développement durable». Il dit espérer et invite par ailleurs ces jeunes à jouer pleinement leur rôle, d’utiliser leur force, leur intelligence et leur sens de communicateur qui est une arme pour faire connaitre et promouvoir les 17 ODD. Et le représentant de la coordonnatrice du système des Nations Unies au Burkina, présidente de la présente cérémonie, Emile Kaboré d’expliquer que les ODD visent à éradiquer la pauvreté, à protéger la planète et surtout à garantir la prospérité pour tous. Pour se faire, lance-t-il, l’implication de tous les acteurs de la société est plus que nécessaire.

En marge des «72 heures du communicateur 2018», le club des étudiants en communication et journalisme organise un forum sous le thème «acteurs de l’information et de la communication face aux défis des objectifs du développement durable au Burkina Faso». Selon le président du Club, ce forum sera l’occasion de situer dans un premier temps,  le rôle et la responsabilité de la jeunesse dans l’atteinte des ODD. Et, dans un second temps, renforcer les capacités des acteurs et futurs acteurs de la communication sur les différents axes des ODD afin qu’ils puissent à leur tour relayer l’information à l’ensemble de la population. 

A travers ce forum, le club comporte apporter sa contribution à la vulgarisation, la promotion et la mise en œuvre d’un développement durable au Burkina Faso. Il faut noter que la particularité de cette édition est la participation des élèves de lycées et collèges. Durant ces 72 heures, il s’agira pour les participants d’échanger sur la contribution des acteurs de l’information et de la communication dans la capture du dividende démographique au Burkina, sur la problématique d’accès à l’eau potable et à l’assainissement, et aussi sur les NTIC, entre autres.