Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

Image d'illustration

SOCIETE

Selon un communiqué du ministère de la sécurité rendu public ce mardi 13 novembre, l’unité de la force d’intervention rapide (SPEAR)  chargée de la protection des installions diplomatiques organisera le jeudi 15 novembre prochain de 10 h à 12 h une formation tactique au palais des sports de Ouaga 2000. 

Cet exercice occasionnera des explosions bruyantes et des coups de feu, raison pour laquelle le département en charge de la sécurité invite les populations à proximité de Ouaga 2000 en particulier « à ne pas paniquer et à vaquer paisiblement à ses occupations ».

En rappel, un exercice de simulation d’une attaque terroriste avait eu lieu le mardi 16 octobre dernier dans la zone du stade du 4-aout, dont l’objectif était  d’améliorer la réactivité du dispositif national de riposte. La capitale burkinabè a été visée à trois reprises par des attaques terroristes depuis 2016. La dernière était celle ayant visé le 2 mars 2018, l’Etat major général des armées et l’Ambassade de France au Burkina. Les huit assaillants avaient été neutralisés mais leur action avait causé la mort de 8 militaires burkinabè.