Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

Photo de famille des trois lauréats

SOCIETE

Pour la seconde fois, le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ), à travers le prix Pax Sahel, a primé des journalistes. Les lauréats de l’édition 2018, à l’instar des précédents sont des acteurs des médias sensibles aux conflits. Tenu ce samedi 10 novembre  2018, ce rendez-vous  a sacré Waboué Bakouan, officiant à la radio « Manivelle » de Dano, pour la pertinence de son œuvre « L’étal bleu ou le tribunal populaire de l’étal dagara de Dano ».

Waboué Bakouan a damé le pion à ses concurrents directs à l’occasion de l’initiative portée par le RIJ et distinguant les ouvres journalistiques traitant des conflits. Justifiant la teneur d’un tel événement, Mohamed Kassoum Sanfo, en sa qualité de coordonnateur du RIJ a indiqué que « le journaliste doit dans la mesure du possible orienter le traitement de l’information vers un apaisement social d’où ce que nous appelons le journaliste sensible au conflit ». Foi de ce dernier, l’instauration de ce prix, se veut être un moyen d’encouragement pour un meilleur traitement de l’information relative aux différents conflits.

Ce sont 23 productions journalistiques, qui ont été enregistrées pour cette édition 2018. De ces celles-ci, notons que trois sont maliennes. La palme est revenue à l’œuvre traitant du règlement des conflits à Dano, dont l’auteur est Waboué Bakouan de la radio « Manivelle » de Dano. Il a reçu un ordinateur portable et la somme de 500.000 F CFA. Les deux autres lauréats de cette soirée, sont Marie Yé et Jean Baptiste Bouda, respectivement de la radio Arc-en-ciel et de la radio nationale. Ils repartent chacun avec un ordinateur portable et les sommes de 300.000 F pour la 2e et 200.000 F pour le 3e.

Des prix d’encouragement ont également été décernés au cours de cette soirée. Ils sont revenus à Sibiri Simporé, Larissa Tiendrébéogo Yerbanga et Awa Bilgo. Les œuvres de ces derniers ont bénéficié d’un financement. Ils sont repartis chacun avec un dictaphone et un guide, en vue de parfaire le traitement de l’information sur les conflits.   

Par ailleurs, déplorant la non-prise en compte d’œuvres en langues nationales, le jury a recommandé au RIJ de tenir compte des différentes catégories existantes dans le monde journalistique pour les éditions futures. Le prix Pax Sahel, dont le RIJ en est porteur a bénéficié de l’appui de la  Deutche Welle Akademie.