Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

Photo: Lesechosdufaso.net

SOCIETE

La Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l'impunité et pour les libertés (CCVC) réagit, dans ce communiqué, à la hausse du prix de l’essence décidée par le gouvernement. 

«C‘est avec stupéfaction, doublé d’un sentiment d’indignation, que la CCVC a appris la décision prise par le gouvernement, d’augmenter de 75 francs CFA ( !) les prix de litres de "super" et de "gasoil", à partir du vendredi 09 novembre 2018.

Alors que nos populations ploient déjà sous le poids de la vie chère et la misère, dans l’indifférence totale du pouvoir en place, une telle attitude, cynique et méprisante, apparaît comme une grossière provocation face à laquelle, la CCVC et l’ensemble des forces sociales soucieuses du bien-être de nos populations ne sauraient rester indifférentes. 

Maintes fois relevée et stigmatisée par nos organisations, la domination de notre pays par les puissances et autres institutions étrangères se révèle une fois de plus, témoignant d’une preuve concrète de la complaisante docilité des tenants actuels du pouvoir d’Etat, au mépris du bien-être de nos populations. 

Face aux prévisibles conséquences dommageables que cette mesure inique du gouvernement entrainera sur nos conditions de vie et en attendant tout mot d’ordre et formes d’actions concrètes, la CCVC appelle d’ores et déjà les populations de nos villes et campagnes à rester en état de veille et à se mobiliser, afin de : 

- dire non à cette hausse de prix des hydrocarbures ;

- dénoncer la duplicité du gouvernement, appelant à la paix sociale, mais prompt à prendre des mesures antisociales ;

- se battre résolument et de manière organisée, pour l’amélioration de leurs conditions de vie. 

CONTRE LE RENCHERISSEMENT CONTINU DE LA VIE, MOBILISATION ET LUTTE !»

Ouagadougou, le 08 novembre 2018

Pour le Bureau de la Coordination Nationale,

Chrysogone ZOUGMORE. /

1er Vice-Président