Aujourd'hui,
URGENT
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   
Niger: 6 Français et 2 Nigériens tuées dimanche par des hommes armés dans la zone de Kouré (sud-ouest du Niger). 
Tapoa: 5 personnes enlevées samedi sur l'axe Fada-Kantchari par des hommes armés ont été retrouvées saines et sauves dimanche. 
Bobo Dioulasso: 850 élèves de l’Enam en formation militaire au Groupement d’instruction des forces armées.
Fada: l’explosion d’un pneu provoque une débandade au marché de bétail. 
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 

SOCIETE

Nusrat al-Islam wal-Muslimin, la coalition djihadiste active dans le nord du Mali, a revendiqué l’attaque qui a causé la mort de deux Casques bleus burkinabè le27 octobre dernier à Ber, au Mali, selon le site mauritanien généralement bien renseigné, Alakhbar.

Dans une vidéo d’une durée de 3.17 mn transmise à Alakhbar, le porte-parole  du groupe terroriste Nusrat al-Islam wal-Muslimin affirme que l’attaque a été menée par 80 combattants du groupe.

Il a ajouté que cette attaque est une «mise en garde à tous les gouvernements de la région et particulièrement au Burkina Faso». Le groupe djihadiste appelle Ouagadougou à «revoir sa politique qui a provoqué, selon les islamistes, l’insécurité des Burkinabé». 

Deux soldats burkinabè du détachement du contingent Badenya 6 de la Minusma ont été tués samedi 27 octobre 2018 aux environs de 5h30 mns  à Ber, au Nord du Mali, dans la région de Tombouctou, au cours «d’une attaque complexe par des éléments armés», avaient annoncé l’Etat-major des armées du Burkina Faso.

Selon la Minusma, les auteurs des attaques étaient à bord de plusieurs pickups armés de lance-roquettes et de mitrailleuses et d’autres chargés d’explosifs. Ils ont également utilisé des engins explosifs improvisés.

C’est ce même groupe - Nusrat al-Islam wal-Muslimin- qui avait revendiqué la double attaque contre l’ambassade de France et le siège de l’Etat-major général des armées le 2 mars dernier à Ouagadougou.