Aujourd'hui,
URGENT
Nécro: le célèbre saxophoniste camerounais Manu Dibango (86 ans) s’est éteint mardi, de suite de Coronavirus.
Coronavirus: le Niger a enregistré jeudi 19 mars 2020 son premier cas d'infection (ministère de la Santé du Niger). 
Coronavirus: le parlement burkinabè suspend les plénières à l'hémicycle jusqu'au 1er avril 2020.         
Covid-19: une quinzaine de députés français sont contaminés à ce stade. Ce chiffres est peut-être sous-estimé. 
Coronavirus: le Bénin enregistre son premier cas: un Burkinabè arrivé au Bénin le 12 mars 2020.
Covid-19: les syndicats suspendent la marche meeting du 17 mars, mais maintiennent la grève générale du 16 au 20 mars. 
Coronavirus: 15 cas avérés détectés au Burkina Faso à la date du 15 mars 2020 (ministère de la Santé). 
Covid-19: le gouvernement ferme les écoles du Burkina du 16 au 31 mars 2019. 
Mali: la Canadienne Edith Blais et l’Italien Luca Tacchetto enlevés au Burkina Faso en 2018 retrouvés vivants près de Kidal (Minusma). 
Coronavirus: un troisième cas avéré au Burkina Faso, 7 prélèvements en attente de résultats (ministre de la Santé)

La lauréate recevant son prix des mains du ministre de la Communication

SOCIETE

Comme à son habitude et dans le cadre de la journée nationale de liberté de la presse, le Centre national de presse Norbert Zongo a honoré la femme journaliste, à travers le prix de la meilleure journaliste. Pour cette édition 2018, tenue dans la soirée du samedi 20 octobre dernier, la palme est revenue à Emeline Zougmoré de la radio nationale.

Avec son œuvre portant sur « Le rapt des filles à l’Est du Burkina », Emeline Zougmoré, journaliste à la radio nationale, s’est vue décernée le titre de la meilleure journaliste en cette année 2018. Celle-ci, par le biais de sa production est parvenue à conquérir le cœur du jury et ainsi être plébiscitée parmi un total de 16 candidates.

Trois catégories étaient à l’honneur à l’occasion de cette nuit de l’excellence de la femme journaliste. Il s’agit de la presse écrite et presse en ligne, de la radiodiffusion et de la télévision. De façon générale, le jury présidé par Dominique Mathilde Nyaméogo dit  « déplorer la confusion des genres faite par certaines candidates. La mauvaise présentation des supports de certaines œuvres audiovisuelles en compétition ».

Aussi, après l’examen de 26 œuvres produites par l’ensemble des participantes, les 5 jurés, ont décidé de n’attribuer aucun prix dans la catégorie télévision. « Le jury a déclassé les œuvres présentées dans cette catégorie pour confusion de genre », justifient-ils.

Pour la lauréate 2018, cette distinction sonne comme « un sentiment de fierté et de joie ». Pour elle, c’est une invite à travail continu. Emeline Zougmoré s’est démarquée en avec la note de 15 sur 20. A côté de celle-ci, Fleur Birba du quotidien Sidwaya, s’en est sortie avec le premier prix en presse écrite et presse en ligne, pour son œuvre « Déguerpis de Kounkoufouanou : des « refugiés » sans abri depuis deux ans », avec la note de 13.5 sur 20.

En plus des trophées, ces deux heureuses ont reçu chacune pour leur différente catégorie la somme de 500.000 F CFA. Quant à la grande gagnante, elle est repartie avec la somme d’un million de F CFA en plus. En plus de consacrer chaque année la meilleure journaliste au plan national, ce prix a pour objectif d’encourager la pratique du journalisme par les femmes.    

 

Sondage

Lors d'un échange direct avec les femmes venues des 13 régions du Burkina le 8 mars 2020 à Ouagadougou, Roch Marc Christian Kaboré a annoncé que le prochain gouvernement sera composé de 30% de femmes. Selon vous, c'est une décision:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé