Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

SOCIETE

Le Centre national de presse Norbert Zongo (CNPNZ) commémore chaque 20 octobre  depuis 1998, la journée nationale de la liberté de la presse. Cette année, elle est placée  sous le thème « terrorisme et accès à l’information ». Le cérémonial solennel s’est tenu ce samedi 20 octobre 2018 à Ouagadougou avec la présence du ministre en charge de la Communication.

Le 20 octobre est une date chargée de symbole pour le centre de presse Norbert Zongo. « C’est un symbole d’engagement et de détermination dans la défense de la liberté d’expression et  de la presse, symbole de conviction car le centre national de presse Norbert Zongo est convaincu  qu’une presse libre et indépendante ne peut se développer dans un environnement institutionnel et juridique liberticide » a déclaré Boureima Ouédraogo, président de la Société des éditeurs de la presse privée (Sep).

C’est ainsi qu’en 2015, en faveur de la transition, cinq lois relatives à la presse et à la communication ont été adoptées suite au « combat » et « au plaidoyer » du CNPNZ et des organisations professionnelles des médias. Ces lois dont 4 concernent la presse ont remplacé le code de l’information de 1993. 

Pour cette édition de la journée nationale de la liberté de la presse, « Terrorisme et accès à l’information » est le thème qui a été retenu. Elle a été décortiquée au cours du panel animé par le journaliste Boukari Ouoba, l’ancienne directrice générale de la RTB, Dr Danielle Bougaïré. L’Etat major général des armées qui devrait envoyer un représentant aurait décliné l’invitation. Ce qui est déplorable selon le ministre en charge de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou.  Le panel a permis ainsi de débattre sur l’expérience du journaliste dans la couverture des événements terroristes et les problèmes d’accès aux sources d’information et sur le regard critique sur le traitement de l’information liée au terrorisme par les médias burkinabè.

Relatif à la thématique, M. Dandjinou a fait savoir que la pertinence et l’actualité du thème de cette journée interpelle à plus d’un titre au regard du contexte et du défis sécuritaire qui s’impose au Burkina Faso mais aussi à la sous-région. «  Les agressions répétées au Burkina nous contraignent  à plus de responsabilité dans le traitement et la diffusion de l’information liée au terrorisme »  a-t-il laissé entendre.

En prélude à la commémoration des 20 ans de l’assassinat du  journaliste Norbert Zongo et de ses compagnons, le 13 décembre prochain, le Centre national de presse a lancé ce 20 octobre une campagne pour interpeller la justice sur les lenteurs que connait le dossier judiciaire.