Aujourd'hui,
URGENT
USA: Le célèbre basketteur Kobe Bryant est mort dans un accident d'hélicoptère. Il était âgé de 41 ans.
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»

SOCIETE

L’installation de groupes d’autodéfense Koglwéogos en usant de la «force» par le chef Koglwéogos, Boukary le lion dans la région des Hauts-Bassin du Burkina Faso a refait surface lors des échanges entre la presse et le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, ce mercredi 4 janvier 2017.


Depuis quelques temps, l’on enregistre pas mal d’incidents dans la région des Hauts-Bassin suite à l’installation des Koglwéogos dans ladite localité. En cause, la volonté d’un groupe d’individus ayant à leur tête le colonel de l’armée à la retraite Boukary Kaboré dit «Le Lion», d’installer ce groupe d’autodéfense aux méthodes controversées alors que les autorités traditionnelle de la région s’y opposent.

Pour le ministre Simon Compaoré, «on ne force pas les gens pour mettre en place une association. Les gens ont leurs habitudes qu’il faut respecter. Mais si les populations elles-mêmes se mettent d’accord pour le faire, alors tant mieux».

Simon Compaoré a précisé aussi que la nouvelle vision de la police de proximité -dans laquelle il espère intégrer ces Koglwéogos- vise à encadrer, appuyer les associations d’autodéfense qui existent déjà et travailler à offrir des prestations qui permettent d’améliorer la protection des citoyens et citoyennes du Burkina Faso.

Le ministre de la Sécurité a été on ne peut plus clair sur le sort qui sera réservé à ceux qui veulent troubler la quiétude des populations. « J’ai donné instructions aux forces de l’ordre de troubler ceux qui veulent troubler l’ordre. Nul n’est au-dessus de la loi. Et que Boukary fut-il lion ou quoi que ce soit, il est obligé de respecter la loi sinon, nous serons obligés de faire le nécessaire», a martelé le ministre de la Sécurité.

Abel Azonhandé

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé