Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)
Turquie: le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré

SOCIETE

Une rumeur sur une éventuelle grève des transporteurs routiers a circulé sur les réseaux sociaux ce 2 octobre. Et la conséquence de cette probable grève est la pénurie du carburant dans les stations-service. Cette information a crée la psychose au sein des populations qui ont pris d’assaut les différentes stations-service de la ville. Dans la foulée, le ministère en charge des transports et la Sonabhy ont démenti cette rumeur via un communiqué.

« Il semble qu’une nouvelle grève des transporteurs se prépare avec comme conséquence probable une pénurie de carburant à partir de demain. Prenez vos précautions »  tel est le contenu du message qui a circulé sur les réseaux sociaux ce mardi 2 octobre 2018. Ce qui a créé une psychose au sein des populations de la ville de Ouagadougou qui ont pris d’assaut les différentes stations-service de la capitale.

« Faux et simple rumeur », selon le ministère en charge des transports et la Société nationale burkinabè d’hydrocarbure (Sonabhy) via un communiqué.

« Le ministère des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière par la présente, tient à démentir cette rumeur. Il précise que l’approvisionnement du pays en carburant et en produits divers ne serait nullement interrompu par qui que ce soit. Le trafic demeura fluide sur tous les corridors et la SONABHY continuera à approvisionner les hydrocarbures de toute nature. La population est invitée à la sérénité et à vaquer à ses occupations » tel est la teneur du message du ministère en charge des transports.

La Sonabhy, quant à elle, a tenu à rassurer les populations tout en précisant que ce n’est que quelques chauffeurs qui contestent la nouvelle technique de dépotage des camions citernes : « Les activités de ses dépôts se déroulent normalement et les nouvelles dispositions de dépotage des camions citernes, objet des contestations de quelques chauffeurs, visent à améliorer le rythme d’approvisionnement des stations-service pour satisfaire au mieux la demande ». Reçu ce mardi au journal télévisé de 20 heures, un responsable de la Sonabhy a indiqué qu’il n’y avait « aucun projet de grève de transporteur en vue ».

En rappel, le 24 août 2018, l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (URCB) a observé un arrêt de travail pour exiger la démission du   président de l’Organisation des Transports routiers du Faso (Otraf).  Un débrayage qui avait causé une pénurie de carburant dans les stations-service de la ville de Ouagadougou.  Le 17 septembre 2018, l’Otraf et l’UCRB avaient mis fin au différend en signant un accord de sortie de crise sous l’égide du Premier ministre. 

 

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé