Aujourd'hui,
URGENT
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)
11-décembre: "je renouvelle mon appel à une trêve sociale et à une union sacrée autour des FDS pour vaincre le terrorisme"(Roch Kaboré) 
Politique: le candidat du CDP pour la présidentielle de 2020 connu d'ici le 31 janvier prochain
Algérie: les ex-Premiers ministres Ouyahia et Sellal condamnés pour corruption
Burkina: le gouvernement et le MCC ont signé le 6 décembre 2019 à Ouagadougou l’aide-mémoire du second compact
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 

SOCIETE

L’atmosphère était tendue dans l’après-midi du lundi 2 janvier 2017 chez le chef de canton des Bobo mandarè. Une délégation des dozos, conduite par le grand chef régional de la confrérie, Ali Konaté, est allée manifester sa colère et son indignation suite à l’agression d’un autochtone de Makognadougou par les Koglwéogos dans le village de Piaki, localité située à 8 km de Makognadougou.


Selon L’Observateur Paalga qui rapporte l’information, des Koglwéogos seraient accusés de sévices corporels sur deux hommes à Poya à cause d’une histoire de femme. L’un des deux infortunés présente des cicatrices sur son dos. Pour Ali Konaté, chef de la confrérie dozo, il n’appartient pas aux Koglwéogos de faire la loi dans cette région. Il souligne aussi que ce crime ne restera pas impuni.

La proposition du chef de canton de prendre à témoins les autorités locales avant d’agir n’a pas été du goût des dozos. Lesquels n’ont pas caché leur détermination à en «découdre» et dans l’immédiat avec les Koglwéogos. Et depuis, la tension ne cesse de monter dans la zone avec des risques d’affrontements entre dozos et Koglwéogos.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé