Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

Image d'illustration

SOCIETE

 

Le ministère en charge de l’Urbanisme, en projetant de retirer des parcelles non mises en valeur depuis 21 ans à Ouaga 2000, veut surtout, inciter les attributaires à les valoriser selon cette dépêche de l’AIB.

«L’esprit de l’opération, c’est de pousser les gens à investir et changer la physionomie de la ville», a affirmé le secrétaire général du ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat , Léon Paul Toé. M. Toé expliquait jeudi à des journalistes, le projet de retrait des parcelles nues du site A de Ouaga 2000, après le jusqu’au 31 décembre 2018.

Il a indiqué qu’à travers cette décision, les attributaires de ces parcelles vont respecter leurs engagements en fonction des cahiers de charge.  Soabou Diallo a souligné qu’une étude menée en 2017 sur un échantillon de la Zone A de Ouaga 2000, fait état de 1 403 parcelles d'habitation non encore mises en valeur (33%) sur un effectif de 4 201.

Aussi, seules 45,24% des 431 parcelles commerciales ont été mises en valeur à la même année, a ajouté le directeur général de la Société nationale d’aménagement des terrains urbains.

En rappel, le quartier huppé de Ouaga 2000, au sud-est de Ouagadougou, est sorti progressivement de terre à partir de 1997, avec les allures d’une seconde capitale.Selon Léon Paul Toé, si les aménagements étaient achevés,  «le problème de logement n’allait pas se poser avec la même envergure au Burkina Faso».Notons aussi que le gouvernement burkinabè a donné le 24 août dernier, un ultimatum d’un mois, à des propriétaires de parcelles non mises en valeur dans la Zone d’activités commerciales et administratives (ZACA, centre de Ouagadougou), pour se mettre en règle.

Agence d’Information du Burkina