Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

SOCIETE

Interpellé le 29 décembre 2017 et incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction des armées (Maca) le 4 janvier 2018, le Colonel Auguste Denise Barry bénéficie à compter de ce mardi 28 août 2018 d’une liberté provisoire, selon nos confrère de Radio Oméga et Burkina 24, citant des sources judiciaires.

L’ancien patron de la sécurité sous la transition politique est inculpé pour  complot et d’incitation à la Commission d’acte contraire à la discipline et au devoir. Le parquet militaire estime que M. Barry, était derrière le projet d’un soulèvement populaire dont l’objectif était de renverser le pourvoir de l’actuel président Roch Marc Christian Kaboré.

Au cours d’un point de presse tenu le 8 janvier 2018, le ministre de la sécurité de l’époque, Simon Compaoré avait indiqué que les « Burkinabè allaient être édifiés » sur les faits qui pèseraient contre M. Barry. 

Au moment de son interpellation, M. Barry dirigeait le Centre d'études stratégiques en défense et sécurité. Selon nos confrères, sa  liberté provisoire a été prononcée par la Chambre de contrôle du tribunal militaire.