Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

SOCIETE

En prélude à la mise en œuvre du projet de  retrait des enfants et des femmes en situation  rue, la ministre  de la Femme, de la Solidarité sociale nationale et de la famille, Laurence Ilboudo/Marchal  a tenu le jeudi 9 aout 2018 à Ouagadougou, une réunion  de concertation avec les différentes équipes de l’opération. A cet effet la ministre  a remis le  matériel qui servira aux équipes lors de phase opérationnelle.

C’est sur la base du volontariat que les différentes équipes chargées du projet de retrait des enfants et des femmes en situation de rue travailleront.  La  rencontre du jour entre la  chef du département en charge de la Famille et les différents agents engagés pour la réussite de cette opération portait  sur  la remise officielle du matériel de travail composé d’imperméables,  de lampes torches, de motos, de pick-up et de gilets fluorescents.

Trois  types d’équipes ont été constitués: une équipe  de retrait, de jour comme de nuit qui va sillonner la capitale pour cibler les femmes et les enfants en situation de rue. Elle est composée de  quatre travailleurs sociaux, deux membres de la société civile et deux agents de sécurité. La seconde équipe est celle de placement qui orientera les cibles dans les différents centres d’accueil et la dernière est  l’équipe d’accueil.  

On dénombre au total quatre sites d’accueils  dont trois qui  accueilleront exclusivement les femmes et les jeunes filles. Il s’agit de l’auberge de la solidarité Ban- loeer zaka à Cissin, le site de Nongr-massom (tous ayant une capacité d’accueil de 40 personnes) et le centre de prise en charge des victimes de violences basées sur le genre situé à Baskuy  d’une capacité d’hébergement de 60 personnes. Seul  le centre d’éducation et de formation professionnel de Ouagadougou  hébergera  les jeunes garçons.

D’autres sites seront mis à la disposition du ministère en cas de débordement et   chacun de ces centres dispose d’une équipe d’assistance constitué entre autres d’un psychologue pour assister ces personnes.

« Ces centres sont prêts. Il y a juste des petits ajustements que nous ferons au fur et à mesure mais nous pensons être prêts pour l’opération de retrait. Ces sites sont des sites de transit qui vont  les accueillir juste quelques mois. Après, nous travaillerons  à insérer l’enfant dans son milieu social parce que la famille reste le socle fort de l’individu » a fait savoir la ministre.

« Le centre peut accueillir plus de 200 enfants avec les bâtiments réfectionnés. En principe, avant qu’un enfant intègre nous l’expliquons les raisons. Il y a des équipes prévues sur le terrain donc en cas de fugue nous donnerons l’identité de l’enfant et ces équipes le récupèreront pour comprendre les raisons de la fuite. Et s’il y a lieu qu’il revienne il reviendra. Dans le cas contraire, il pourra rentrer chez lui » a expliqué Issaka Ganamé, directeur  du centre d’éducation et de formation professionnelle de Ouagadougou.

Le début de l’opération est prévu pour bientôt selon les  dires de la ministre et l’objectif à terme de cette opération est de retirer 50% des enfants en situation de rue.

 

 

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé