Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)
Turquie: le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré

SOCIETE

En prélude à la mise en œuvre du projet de  retrait des enfants et des femmes en situation  rue, la ministre  de la Femme, de la Solidarité sociale nationale et de la famille, Laurence Ilboudo/Marchal  a tenu le jeudi 9 aout 2018 à Ouagadougou, une réunion  de concertation avec les différentes équipes de l’opération. A cet effet la ministre  a remis le  matériel qui servira aux équipes lors de phase opérationnelle.

C’est sur la base du volontariat que les différentes équipes chargées du projet de retrait des enfants et des femmes en situation de rue travailleront.  La  rencontre du jour entre la  chef du département en charge de la Famille et les différents agents engagés pour la réussite de cette opération portait  sur  la remise officielle du matériel de travail composé d’imperméables,  de lampes torches, de motos, de pick-up et de gilets fluorescents.

Trois  types d’équipes ont été constitués: une équipe  de retrait, de jour comme de nuit qui va sillonner la capitale pour cibler les femmes et les enfants en situation de rue. Elle est composée de  quatre travailleurs sociaux, deux membres de la société civile et deux agents de sécurité. La seconde équipe est celle de placement qui orientera les cibles dans les différents centres d’accueil et la dernière est  l’équipe d’accueil.  

On dénombre au total quatre sites d’accueils  dont trois qui  accueilleront exclusivement les femmes et les jeunes filles. Il s’agit de l’auberge de la solidarité Ban- loeer zaka à Cissin, le site de Nongr-massom (tous ayant une capacité d’accueil de 40 personnes) et le centre de prise en charge des victimes de violences basées sur le genre situé à Baskuy  d’une capacité d’hébergement de 60 personnes. Seul  le centre d’éducation et de formation professionnel de Ouagadougou  hébergera  les jeunes garçons.

D’autres sites seront mis à la disposition du ministère en cas de débordement et   chacun de ces centres dispose d’une équipe d’assistance constitué entre autres d’un psychologue pour assister ces personnes.

« Ces centres sont prêts. Il y a juste des petits ajustements que nous ferons au fur et à mesure mais nous pensons être prêts pour l’opération de retrait. Ces sites sont des sites de transit qui vont  les accueillir juste quelques mois. Après, nous travaillerons  à insérer l’enfant dans son milieu social parce que la famille reste le socle fort de l’individu » a fait savoir la ministre.

« Le centre peut accueillir plus de 200 enfants avec les bâtiments réfectionnés. En principe, avant qu’un enfant intègre nous l’expliquons les raisons. Il y a des équipes prévues sur le terrain donc en cas de fugue nous donnerons l’identité de l’enfant et ces équipes le récupèreront pour comprendre les raisons de la fuite. Et s’il y a lieu qu’il revienne il reviendra. Dans le cas contraire, il pourra rentrer chez lui » a expliqué Issaka Ganamé, directeur  du centre d’éducation et de formation professionnelle de Ouagadougou.

Le début de l’opération est prévu pour bientôt selon les  dires de la ministre et l’objectif à terme de cette opération est de retirer 50% des enfants en situation de rue.

 

 

 

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé