Aujourd'hui,
URGENT
Burkina : 1 034 609 personnes déplacées internes accueillies dans 257 communes (gouvernement). 
Burkina: au moins 25 terroristes neutralisés les 11 et 13 septembre 2020 dans le Soum et le Loroum (Etat-major des armées).
Burkina: 65 partis politiques soutiennent la candidature du président Roch Kaboré, selon le MPP, parti au pouvoir. 
Elections 2020: la date limite de dépôt le 22 septembre pour les législatives et le 2 octobre pour la présidentielle au Burkina.
Burkina: Ouaga enregistre 541 266 candidatures, soit 41,95% du nombre total pour les concours directs de la Fonction publique/2020.
Burkina: 1 290 142 candidatures enregistrées pour 4 721 postes à pourvoir pour les concours directs de la Fonction publique /2020.
Présidentielle/2020: des jeunes collectent 8 millions de Fcfa pour payer la caution du candidat Roch Marc Christian Kaboré.  
Burkina: l’ancien premier ministre Yacouba Isaac Zida sera investi comme candidat à la présidentielle le 25 septembre.
Burkina: le dialogue avec les groupes armés, une «nécessité humanitaire», selon le CICR.
Justice: le juge des référés ordonne l’interdiction immédiate de l’utilisation de l’identité et du logo du CDP par Mahamadi Kouanda. 

SOCIETE

Après la coordination des comités CGT-B de la CNSS qui dénonçait le mercredi 4 juillet dernier, l’admission de l’épouse, de la nièce et du neveu du Directeur des ressources humaines au recrutement externe de personnel au profit de la Caisse nationale de sécurité sociale, c’est autour des candidats malheureux audit test, de donner de la voix pour décrier un conflit d’intérêt dans ledit recrutement. Face à ce qu’ils qualifient de «magouille», lesdits candidats entendent protester les jours à venir. Nous avons rencontré deux d’entre eux.


Issa Siénou, candidat malheureux
«L’un des syndicats de la CNSS même nous a devancé sur cette affaire parce qu’il y a vraiment trop de magouilles. Il faut que les responsables de cette institution songent à faire des enquêtes sinon, annuler ce recrutement et le reprendre. Parce que ce n’est pas la peine de parler de tirage au sein de l’ANPE alors qu’ils connaissent déjà les personnes retenues. Nous estimons que la CNSS appartient à tous les Burkinabè. Et selon nos informations, ce n’est pas la première fois. Même la gérante du maquis dans lequel les responsables en question boivent au quartier Tampouy, a été admise l’année dernière à ce même recrutement. Et ce n’est pas le seul exemple.»

Bazié Felix, candidat malheureux
«C’est comme si un poisson sort de l’eau et viens dire que la dent du caïman est cassée. Toi qui es dehors tu ne peux que croire. On a composé et n'eût été la manifestation  des syndicats de la boite même, nous on  ne pouvait pas croire qu’il y avait fraude. Mais ceux-là même qui sont ensemble dans l’institution disent que ce n’est pas clair. Des gens avant même la composition se rassurait des résultats. Et ce sont les noms de ces mêmes personnes qui étaient alignés pendant que les nôtres était sur la liste d’attente. Mais on ne pouvait pas se plaindre par manque de preuves. C’est donc Dieu qui a fait notre palabre. Certains candidats même disaient que leur maman ou leur sœur travaille au sein du service et qu’ils sont sûrs d’être admis. La veille des résultats, alors que les résultats n’étaient même pas encore affichés, il y a un candidat qui est allé à l’ANPE et qui nous a fait comprendre que c’est sa maman qui est caissière au siège de  la CNSS et qui l’a appelé lui dire que les résultats étaient sortis. Il ne faut pas que la CNSS pense que cette lutte qui a commencé s’arrêtera tant que les choses ne s’arrangent pas. Qu’ils annulent les résultats et reprendre le test pour que les meilleurs gagnent sinon cette lutte ne finira pas.»