Aujourd'hui,
URGENT
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)
Evènement: : les présidents Akufo Addo du Ghana et Issoufou du Niger attendus au Rebranding Africa Forum de Ouagadougou.   
Terrorisme:: 8 personnes tuées dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 dans une double attaque dans la Région de l'Est. 
France: Emmanuel Macron reconnaît le rôle de l'Etat dans la mort de Maurice Audin
Ghana: Kofi Annan repose désormais au cimetière militaire d’Accra
Karangasso-Vigué: trois morts et une dizaine de blessés après des affrontements entre Dozo et Koglweogo (RTB)

SOCIETE

Ce mardi 10 juillet 2018 a marqué la fin de la Formation initiale des officiers (FIO) des sapeurs-pompiers session 2018 de la 6ème promotion de l’Institut supérieur d’études de protection civile (ISEPC). Débuté le 10 février dernier, le stage FIO session 2018 s’est déroulé en 5 mois avec pour objectif de faire des officiers issus des académies militaires africaines, des cadres du métier des sapeurs-pompiers.


Au nombre de 24, ces officiers stagiaires issus de 16 pays d’Afrique, ont durant 21 semaines, suivi des formations qui se sont déroulées en plusieurs phases dont le chef de garde d’incendie. Phase durant laquelle les cours se sont déroulés sur le leadership, l’organisation et la gestion du service de garde ainsi que le fonctionnement de la chaine logistique et transmissions lors des opérations importantes. Ces différentes phases ont été sanctionnées par des évaluations certificatives qui ont conduits à 92% de taux de réussite. Et, c’est le sous-lieutenant Pawindé Edouard Savadogo qui sort major de cette 6ème promotion avec une moyenne de 16,42/20.

Mais, 22 stagiaires sur les 24 sont aptes à remplir les fonctions de chefs de garde incendie et «peuvent dès lors être engagés dans les différentes interventions» précise le directeur de cours, le Capitaine Médard Ernest Bomba Etoundi qui exhorte ceux qui n’ont pas rempli les conditions d’obtention du certificat de chef de garde incendie à redoubler d’effort afin de l’obtenir prochainement.
Cette formation permettra à ces futures chefs de garde d’incendie et de secours en unité d’incendie, d’occuper les fonctions opérationnelles et administratives inhérentes à leur niveau de formation. Leurs parchemins en main, ils pourront dès lors servir avec efficacité dans leurs pays respectifs et partout où le devoir les appellera. Et le major de la promotion, animé par un sentiment de joie, dit se mettre à la disposition de la population de son pays, une chose qui est le but même de cette formation. «Etre à mesure de venir au secours de tous ceux qui seront dans le besoin. Mettre tout en œuvre pour que le domaine de la protection civile soit fortifiée et que la souffrance des uns et des autres diminuent», confie le sous-lieutenant Savadogo.

Le ministre en charge de l’Administration territoriale, Siméon Sawadogo, par ailleurs président de la cérémonie, à l’endroit des lauréats, a réitéré ses encouragements et ses souhaits pour une carrière fructueuse. 17ème école nationale à vocation régionale à voir le jour en Afrique, l’Institut supérieur d’études de protection civile (ISEPC) a pour vocation entre autres, de former le personnel des services de protection civile à la gestion des risques, former les acteurs publics et privés participants aux missions de protection civile des Etats d’Afrique.