Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

SOCIETE

Suite à la sortie médiatique de la Coordination des comités CGT-B de la Caisse nationale de sécurité sociale (CGT-B/CNSS) le mercredi dernier et qui dénonçait un recrutement «frauduleux» au sein de la CNSS, l’Organisation syndicale de la prévoyance sociale de l’Union syndicale des travailleurs du Burkina (OSPS/USTB) est montée au créneau ce vendredi 6 juillet 2018 pour contre-attaquer.


En rappel, la coordination des comités CGT-B/CNSS dénonçait mercredi dernier, l’admission de l’épouse, de la nièce et du neveu du Directeur des ressources humaines au recrutement externe de personnel au profit de l’institution. Contrairement à leur homologue, l’OSPS/USTB estime que ledit recrutement s’est fait dans les règles de l’art.

Pour les conférenciers du jour, l’organisation d’un test de recrutement fut-il interne ou externe, la direction générale associe toujours des délégués du personnel issus des trois structures syndicales existantes au sein de l’institution. De ce point de vu donc, ils affirment que chaque entité syndicale a eu droit à deux représentants tout au long du processus. Pour Jean-Yves Ouoba, secrétaire général adjoint de l’OSPS/USTB, aucune disposition légale à la CNSS n’interdit un candidat qui a un parent dans l’institution de passer le test et de le réussir. Pour eux, la logique aurait voulu que les accusateurs dénoncent plutôt un disfonctionnement lors du déroulement du test, où qu’ils brandissent une quelconque preuve de fraude.

«Comment peut-on s’appuyer sur des arguments aussi impertinents que les patronymes pour contester le résultat de certains candidats, alors que tout candidat autorisé à compétir est susceptible de réussir», s’interroge M. Ouoba. Il s’étonne donc de la réaction de la Coordination des comités CGT-B/CNSS au terme du processus. «Au bout du compte, il est clair que cette action a servi de cheval de bataille pour régler de vieux comptes. Ceux qui tentent aujourd’hui de décrédibiliser le processus ont tort de le faire ainsi sans chercher à apporter des preuves, car ils ont été partie prenante du début à la fin et signataires sur tous les procès-verbaux», enfonce Jean-Yves Ouoba.

De quels vieux comptes s’agit-il ?

A cette question des journalistes, Léopold Toé, secrétaire général de  l’OSPS/USTB avoue que le processus a des failles mais souhaite que le linge sale se lave en famille. «Nos camarades sont libres de tenir une conférence de presse mais nous disons que nous disposons de procédures à l’interne en cas de revendication ou de désaccord. Il y a par exemple le collège des délégués qui n’a pas été saisi, qui est une instance, également aucune assemblée générale n’a été convoquée», ajoute M. Toé.