Aujourd'hui,
URGENT
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)
Evènement: : les présidents Akufo Addo du Ghana et Issoufou du Niger attendus au Rebranding Africa Forum de Ouagadougou.   
Terrorisme:: 8 personnes tuées dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 dans une double attaque dans la Région de l'Est. 
France: Emmanuel Macron reconnaît le rôle de l'Etat dans la mort de Maurice Audin
Ghana: Kofi Annan repose désormais au cimetière militaire d’Accra
Karangasso-Vigué: trois morts et une dizaine de blessés après des affrontements entre Dozo et Koglweogo (RTB)

SOCIETE

La Coordination des comités CGT-B de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) est mécontente du processus de recrutement externe de personnel au profit de l’institution. Ce mercredi 4 juillet 2018, elle est montée au créneau pour dénoncer ce qu’elle qualifie de «processus douteux».

Tout a commencé par la présélection de 850 candidatures pour le compte de la CNSS du 22 au 26 janvier dernier. Ainsi, des milliers de chercheurs d’emploi y ont accouru dans l’espoir de franchir le premier barrage et se qualifier pour participer aux tests de recrutement de 85 nouveaux agents. Après l’administration des épreuves le 12 mai et la proclamation des résultats le 20 juin, certains délégués syndicaux se posent des questions sur la régularité du processus.

«Lorsque les délégués syndicaux et les délégués du personnel des comités CGT-B ont analysé les résultats, nous nous sommes rendus compte que le personnel de la CNSS, qui ne fait que 0,5% des 19 millions de Burkinabè, le 1/3 des admis ont  des liens familiaux avec des agents de la CNSS. Pire, nous avons décelé un conflit d’intérêt manifeste. Il s’agit de l’admission de l’épouse, de la nièce et du neveu du Directeur des ressources humaines», révèle Justin Kienou, délégué du personnel CNSS.

Face à cette situation, les syndicalistes rencontrent alors le directeur général de la CNSS le lundi 2 juillet dernier pour en savoir davantage. Selon les propos de Seydou Koné, secrétaire général de la coordination, le premier responsable de l’institution a indiqué ne pas être impliqué dans le processus de recrutement.

«Nous avons donc demandé au DRH, Norbert Zeda, de sursoir au processus le temps d’une enquête de moralité comme le prévoit l’article 8 du règlement intérieur du personnel de la CNSS. Mais celui-ci nous à fait comprendre qu’il ne saurait attendre et que les recrutés doivent immédiatement prendre service le mardi 3 juillet. Et c’est ce qui a été fait d’ailleurs», explique M. Koné.

Les conférenciers ajoutent que «la CNSS est une institution de la République, on ne doit pas y travailler de père en fils. C’est la direction générale qui doit créer les conditions de transparence et d’équité pour toutes les filles et pour tous les fils du Burkina.»

Par conséquent, ils exigent que la direction générale de la CNSS diligente une enquête sur le processus de recrutement et que et que les éventuels fautifs soient sanctionnés.