Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

SOCIETE

28 décembre 1949 -28 décembre 2016, cela fait 67 ans que la Police national a été créée. L’Union police nationale (Unapol), le syndicat de la police, à travers un communiqué, a saisi cette occasion pour dénoncer le sous équipement des Forces de défense et de sécurité (FDS) pour faire face à la menace terroriste que traverse le Burkina Faso depuis ces dernières années.


L’Unapol a rendu hommage aux victimes des attaques subies par le Burkina Faso. Le syndicat se rappelle particulièrement du «dernier cas, celui du mercredi 16 décembre au petit matin dans le village de Nassoumbou, où des individus non identifiés ont fait irruption sur les positions du groupement antiterroriste composé de policiers, de militaires et de gendarmes.» Le décompte macabre a fait état de douze morts et quatre blessés dans les rangs des FDS et de destructions et pillage de matériel militaire par les assaillants, constate l’Unapol.

Le syndicat qui déplore cet «énième affront» contre le Burkina Faso, dénonce une fois de plus le sous-équipement des FDS et interpelle encore le gouvernement burkinabè sur l'impérieuse nécessité de pourvoir une logistique apte à faire face à la menace terroriste telle que connue aujourd'hui. «Nous interpellons l'État pour qu'il joue son rôle de gestionnaire et de pourvoyeur de moyens. Pour le reste, les hommes assureront leur partition», conclut l’Union police nationale.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé