Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

SOCIETE

«Le droit à l'alimentation est un droit vital. La nourriture est un élément essentiel sans lequel les êtres humains ne peuvent survivre.» Ce principe universel, l’Organisation non gouvernementale Hunger free world et l’Association des journalistes en nutrition et alimentation en font une préoccupation. Après la communauté musulmane, la commission constitutionnelle, les responsables de Hunger free world étaient dans les locaux du Mouvement burkinabè des droits humains et du peuple (MBDHP) ce 27 juin 2018 en vue de plaider pour le maintien de ce droit dans la nouvelle Constitution du Burkina.

Depuis 2005 qu’elle a ouvert ses portes au Burkina, l’ONG Hunger free world s’est donnée pour objectif, d’œuvrer à la création d’un Burkina libéré de la faim. A ce titre l’organisation sous le leadership de ses responsables, s’est employée à plaider auprès des autorités nationales afin que le droit à l’alimentation soit inscrit dans la loi fondamentale du pays. A l’occasion du passage de la 4è à la 5è République du Burkina, Hunger free world a saisie l’occasion pour faire inscrire ce droit dans la nouvelle Constitution en ses articles 26, 29 et 135.

Après d’autres institutions, l’ONG, conduite par Frédéric Ilboudo, chargé du plaidoyer à Hunger free world, est allée rencontrer les responsables du MBDHP afin que les deux institutions travaillent ensemble pour la poursuite du combat contre la faim au pays des Hommes intègres. «Le droit à l’alimentation n’est pas un droit d’être nourri, mais un droit de se nourrir et d’être assisté en cas de sinistre, entraînant l’incapacité de se nourrir par ses propres moyens. Le MBDHP est une grande organisation de défense des droits humains et le droit à l’alimentation est partie intégrante des droits humains. Donc ce droit peut être une réalité si le MBDHP est avec nous», a laissé entendre M. Ilboudo. Il précise d’ailleurs que la réalisation de ce droit n’est pas de la responsabilité de l’Etat seulement, «elle suppose l’action de tous les membres de la société, notamment les familles, les communautés locales, les ONG, les organisations de la société civile, le secteur privé, etc.», ajoute Frédéric Ilboudo.

Une démarche que Christophe Bado, secrétaire général adjoint du MBDHP a apprécié et qu’il juge importante. «Nous avons pris part à la commission constitutionnelle et nous sommes prêt à mener ensemble le combat pour que ce droit puisse être consacré», a confié Christophe Bado. M. Bado soutien d’ailleurs que c’est la consécration de ce droit qui donnera une base légale aux différents acteurs afin de poursuivre le combat.

En rappel, le droit à l’alimentation adéquate (saine, suffisante et acceptable) est réalisé lorsque chaque homme, chaque femme et chaque enfant, seul ou en communauté avec autrui, a accès à tout instant, physiquement et économiquement, à une alimentation adéquate ou aux moyens de se la procurer. Cela suppose la satisfaction de trois piliers qui régissent le droit à l’alimentation. Notamment la disponibilité, l’accessibilité et l’adéquation.