Aujourd'hui,
URGENT
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)

SOCIETE

Ils sont au total 315.235 candidats à l’assaut de leur premier diplôme du secondaire ce lundi 18 juin 2018. Certains pour le Brevet d’études du premier cycle (BEPC), d’autres pour le Certificat d’aptitudes professionnel (CAP) et le Brevet d’études professionnel (BEP). Un nombre qui est en hausse comparativement à la session précédente (274.049 candidats), soit un accroissement de 15,03%.


L'examen du BEPC est aussi une épreuve importante, décisive dans le parcours éducatif scolaire de l'élève. C'est à travers ce test que les candidats du Burkina Faso s'autorisent à quitter le collège pour accéder aux établissements d'enseignement secondaire. Au jury 26 du lycée Réveil sis au quartier 1200 logements de Ouagadougou, nous avons échangé avec le président dudit jury. Emmanuel Kaboré, par ailleurs chef de ce centre, indique que ce sont 406 candidats qui ont répondu présent à être autoriser à accéder au secondaire à la fin de cette session.

A notre arrivée au sein du lycée à 10h15 mn, quelques candidats avaient déjà fini de composer la première partie des épreuves de la journée. Notamment l’épreuve de français composée de la dictée avec pour titre «La maison des esclaves», extraite du recueil d’éditoriaux «Le sens d’un combat» du journaliste d’investigation Norbert Zongo, du maniement de la langue et de l’expression écrite.
«Nous sommes satisfaits du démarrage de cette session, parce que, au vu des nombreux débrayages qu’a connu le corps enseignant, notre crainte était énorme. Mais, les choses se sont passées telles que nous le souhaitions», s’est réjoui Emmanuel Kaboré. Selon ses dires, les surveillants étaient déjà prêts à 6h15 min et l’appel des candidats a commencé à 6h30 mn. «Les candidats ont répondu présents à l’appel qui était prévu pour 6h30. Nous n’avons pas rencontré de difficultés particulières. Les sujets ont été administrés dans les règles de l’art pour ce qui concerne la dictée, langue et l’expression. Après cette épreuve de français, suivront l’épreuve des Sciences de la vie et de la terre (SVT) et nous terminons cette première journée dans la soirée avec l’épreuve d’anglais», a expliqué le président du jury 26.

«Il est arrivé à 8h15 mn alors que la première épreuve était prévue pour 7h30. On n’avait pratiquement fini avec la dictée donc, il ne pouvait pas composé. C’est le seul incident que nous pouvons relever pour le moment. Si non tout se passe dans de bonnes conditions», a précisé M. Kaboré. Et pendant ce temps dans le Soum, c’est le sentiment d'échec qui anime certains candidats avant même d'avoir composé. En effet la province dans son entièreté est confrontée à un arrêt des cours depuis mi-avril pour cause de menaces sécuritaires sur les enseignants. Les candidats aux différents examens se retrouvent donc abandonner à leur propre sort. Mais le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, le Pr Stanislas Ouaro, lors du lancement des épreuves écrites ce lundi matin, a rassuré que ce sont au total 3000 candidats des localités du Nord qui prendront part à une session spéciale.

Conformément au calendrier établi, la proclamation des résultats du premier tour est prévue pour le mardi 26 juin prochain, et celle du second tour pour le jeudi 28 juin. La fin de cette session 2018 est prévue au plus tard le 1er juillet prochain.
.


Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé