Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé

le Directeur Exécutif par intérim d'IPC/BF, Dr Adama Ouédraogo

SOCIETE

L’ONG Initiative privée et communautaire pour la santé et la riposte au VIH\Sida au Burkina Faso (IPC/BF) a initié une journée de sensibilisation et de plaidoyer sur la problématique des droits à la santé des populations clés à l’endroit d’une vingtaine d’hommes de médias. C’était le mercredi 6 juin 2018 à Ouagadougou.

Cette rencontre avait pour objectif d’améliorer les connaissances et de contribuer à une prise de conscience des hommes de médias sur la problématique d’accès des «populations clés» aux soins de santé. Pour l’occasion, les journalistes ont eu droit à des communications dont l’une a porté sur les stratégies de lutte contre l’infection à VIH et le Sida chez les populations cibles.

Selon le Dr Adama Ouédraogo, directeur exécutif par intérim de l’ONG, les populations clés sont celles qui, de par leurs activités et leur milieu de vie, ont des comportements sexuels qui les exposent fortement au risque de contact avec le VIH. Il s’agit des populations carcérales, des travailleurs et travailleuses du sexe (TS), des Hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH), des usagers de drogues, des Personnes vivant avec le VIH (PVVIH).

La deuxième communication dispensée par Ramata Diallo, chargée des populations clés, était centrée sur la présentation et la stratégie d’intervention de la structure. Pour la réalisation des activités, IPC/BF a reçu des subventions qui ont pour but de réduire les infections à VIH de 50% au sein de la population générale d’ici 2020. Ensuite, elles permettent la réduction de la mortalité des personnes vivant avec le VIH de 50% d’ici 2020, la disponibilité et la qualité de l’information stratégique sur la réponse nationale au VIH ainsi que la réduction de l’incidence des nouveaux cas de tuberculose et rechutes de 52 cas pour 100 000 habitants en 2015 à 35 cas pour 100 000 habitants au Burkina Faso d’ici fin 2022.

Selon la chargée des populations clés, les objectifs poursuivis à travers cette subvention sont, entre autres, la réduction du taux de transmission résiduelle du VIH de la mère à l’enfant de 5,9% en 2015 à moins de 5% d’ici 2020, 80% des populations à haut risque (TS, HSH et détenus) doivent adopter un comportement à moindre risque d’ici 2020.

A la fin des travaux, les journalistes ont fait des suggestions pour la réussite du projet. Il s’agit, entre autres, de permettre aux journalistes d’accéder aux populations clés, d’associer les journalistes aux différentes activités entrant dans le cadre de la promotion de la santé, de sensibiliser les populations pour qu’elles participent aux financements, de convaincre les leaders d’opinion.

Cette rencontre avec la presse rentre dans le cadre de la mise en œuvre de la subvention 2018-2020 du Fonds mondial dont l’ONG est bénéficiaire principal. Les activités d’IPC/BF couvrent tout le territoire national et son budget de subvention, qui s’étale sur trois ans, est de 4 575 439 793 franc Cfa.

 

 

 

        

 

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé