Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

le Directeur Exécutif par intérim d'IPC/BF, Dr Adama Ouédraogo

SOCIETE

L’ONG Initiative privée et communautaire pour la santé et la riposte au VIH\Sida au Burkina Faso (IPC/BF) a initié une journée de sensibilisation et de plaidoyer sur la problématique des droits à la santé des populations clés à l’endroit d’une vingtaine d’hommes de médias. C’était le mercredi 6 juin 2018 à Ouagadougou.

Cette rencontre avait pour objectif d’améliorer les connaissances et de contribuer à une prise de conscience des hommes de médias sur la problématique d’accès des «populations clés» aux soins de santé. Pour l’occasion, les journalistes ont eu droit à des communications dont l’une a porté sur les stratégies de lutte contre l’infection à VIH et le Sida chez les populations cibles.

Selon le Dr Adama Ouédraogo, directeur exécutif par intérim de l’ONG, les populations clés sont celles qui, de par leurs activités et leur milieu de vie, ont des comportements sexuels qui les exposent fortement au risque de contact avec le VIH. Il s’agit des populations carcérales, des travailleurs et travailleuses du sexe (TS), des Hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH), des usagers de drogues, des Personnes vivant avec le VIH (PVVIH).

La deuxième communication dispensée par Ramata Diallo, chargée des populations clés, était centrée sur la présentation et la stratégie d’intervention de la structure. Pour la réalisation des activités, IPC/BF a reçu des subventions qui ont pour but de réduire les infections à VIH de 50% au sein de la population générale d’ici 2020. Ensuite, elles permettent la réduction de la mortalité des personnes vivant avec le VIH de 50% d’ici 2020, la disponibilité et la qualité de l’information stratégique sur la réponse nationale au VIH ainsi que la réduction de l’incidence des nouveaux cas de tuberculose et rechutes de 52 cas pour 100 000 habitants en 2015 à 35 cas pour 100 000 habitants au Burkina Faso d’ici fin 2022.

Selon la chargée des populations clés, les objectifs poursuivis à travers cette subvention sont, entre autres, la réduction du taux de transmission résiduelle du VIH de la mère à l’enfant de 5,9% en 2015 à moins de 5% d’ici 2020, 80% des populations à haut risque (TS, HSH et détenus) doivent adopter un comportement à moindre risque d’ici 2020.

A la fin des travaux, les journalistes ont fait des suggestions pour la réussite du projet. Il s’agit, entre autres, de permettre aux journalistes d’accéder aux populations clés, d’associer les journalistes aux différentes activités entrant dans le cadre de la promotion de la santé, de sensibiliser les populations pour qu’elles participent aux financements, de convaincre les leaders d’opinion.

Cette rencontre avec la presse rentre dans le cadre de la mise en œuvre de la subvention 2018-2020 du Fonds mondial dont l’ONG est bénéficiaire principal. Les activités d’IPC/BF couvrent tout le territoire national et son budget de subvention, qui s’étale sur trois ans, est de 4 575 439 793 franc Cfa.

 

 

 

        

 

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé