Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

SOCIETE

Pour participer au Hadj 2018, les pèlerins burkinabè devront débourser la somme de 2 333 270 F CFA et la date limite des inscriptions est fixée au 15 juin 2018. Le quota du Burkina est maintenu à 8143 pèlerins. Toutes ces informations entrant dans le cadre des préparatifs du Hadj 2018 ont été rendues publiques ce jeudi 3 mai 2018 à Ouagadougou par le ministre en charge des Cultes, Siméon Sawadogo en compagnie du président du Comité national du suivi du pèlerinage, Ilboudo Zoundi Moumouni.

En 2017, le coût de participation était de 2 171 720 FCFA. Cette année, il passe à la hausse. Ce qui amènera les pèlerins burkinabè à débourser la somme de 2 333 270 F CFA pour effectuer le 5e pilier de l’Islam.8143, c’est le quota de pèlerins réservé au Burkina pour le hadj de cette année. Selon le comité national de suivi, les coûts de prestations des services en Arabie Saoudite ont connu une augmentation. Les autorités saoudiennes ont instituées une TVA de 5% sur toutes les prestations ce qui induit sur le coût du hadj par pèlerin qui s’élève à 2 333 270 francs Cfa. 

Selon le président du comité national de suivi du hadj 2018, Zoundi Moumouni Ilboudo, le prix du billet d’avion n’a pas varié. «C’est pratiquement le même prix que l’année passée, à savoir 1 106 560 francs Cfa. Il y a aussi les prestations des agences à hauteur de 815 000F Cfa, les prestations des services qui s’occupent des pèlerins au niveau de Mina et de Arafat qui sont passées de 187 000 F Cfa à 297 500 francs cette année», a-t-il précisé. A ces prestations, s’ajoute la restauration qui est passée de 51 000F à 68 000 francs Cfa.

Il sera procédé ce vendredi 4 mai à l’ouverture de la plateforme du comité national de suivi pour permettre aux pèlerins de s’inscrire. Les pèlerins sont invités à le faire dans un délai d’un mois. Ce délai qui, au départ, était fixé au 15 mai, a été prolongé  par l’Arabie Saoudite afin de permettre au Burkina de respecter ses engagements avec la partie saoudienne, a souligné  le ministre Siméon Sawadogo.

Selon les conférenciers, suite à l’appel d’offres pour la sélection des compagnies aériennes, la compagnie nationale Air Burkina a été attributaire pour le transport de 3600 pèlerins et la compagnie saoudienne Nesma Airlines est attendue à Ouagadougou dans les jours à venir pour discuter des conditions de transports d’une partie des pèlerins. A entendre le ministre, une troisième partie des pèlerins effectuera le voyage avec les vols réguliers. Il s’agit des pèlerins bénéficiaires de congés et qui ne peuvent pas rester longtemps en Arabie Saoudite pour attendre les retours avec les vols charter.

Le calendrier des départs sera communiqué après que tous les engagements aient été conclus avec l’Arabie Saoudite, a conclu le comité national de suivi. Le ministre Siméon Sawadogo a invité les agences à prendre les dispositions nécessaires pour mettre les pèlerins dans de bonnes conditions.

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé