Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

SOCIETE

Ce 24 avril 2018, le commissariat central de police de la ville de Ouagadougou (CCPO) devait en principe conduire devant le Procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou quatre présumés faux monnayeurs, selon un communiqué de la police nationale.

«Les mis en cause dans cette affaire ont été interpellés en possession de deux cantines de coupures de papier en forme de billets de banque noircis et en pleine exécution de leur plan d’arnaque de 12 millions de franc CFA au préjudice de plusieurs personnes», détaille le communiqué.

La police en a profité pour sensibiliser les amateurs de gains faciles sur les méthodes employées par les escrocs de ce type.

D’abord, «ils vous soufflent qu’ils ont en leur possession un important stock de billets de banque (dollars, euro, CFA, etc.) subtilisés dans un pays étranger (Libye, Syrie, Côte-d’Ivoire, etc.) Ils vous affirment que les billets en question ont été plongés dans un liquide noir pour les dissimuler au moment du franchissement des frontières et qu’ils ont besoin d’un produit chimique pouvant les laver pour leur redonner leur aspect normal afin de les injecter dans le circuit», décrit le communiqué.

Pour persuader leurs "pigeons" de financer l’achat en grande quantité du prétendu produit devant servir au lavage du stock de billets, les faux monnayeurs procèdent à un test de lavage en sa présence et lui offrent quelques billets authentiques de banque préalablement dissimulés dans le lot de fausses coupures afin de le convaincre.
Une fois l’argent censé servir à l’achat du produit récupéré, la bande disparaît.

Ce énième coup de filet du CCPO vient s’ajouter à une moisson déjà consistante des services de police dans la lutte contre le faux monnayage et l’escroquerie.

L’an dernier, 27 présumés faux monnayeurs et 1 431 présumés escrocs ont été appréhendés sur le territoire national. Pour le premier trimestre de l’année 2018, ce sont huit présumés faux monnayeurs et 460 présumés escrocs qui ont été interpellés et déférés devant la Justice burkinabè.

«Si vous êtes en face d’une proposition d’affaire similaire au scénario détaillé plus haut, ou quelqu’un de votre entourage, alertez rapidement les services de sécurité aux numéros verts suivants : le 17 pour la Police Nationale, le 10.10 pour le Centre National de Veille et d’Alerte et le 16 pour la Gendarmerie Nationale», conclut le communiqué.

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé