Aujourd'hui,
URGENT
Kongoussi: la dépouille d’une adolescente de 12 ans, recherchée depuis 5 jours, repêchée dimanche du Lac Bam, la tête amputée (AIB).
Cameroun: 7 soldats formellement identifiés dans la vidéo d’exécutions de deux femmes et leurs enfants arrêtés (RFI)
RCA:  trois groupes d’ex-Seleka annoncent une alliance au nom de la paix
Burkina: 4 gendarmes et un civil tués dans l'explosion d'une mine artisanale dans l'Est du pays (AIB)
Soudan du Sud: le président Salva Kiir amnistie Riek Machar et des groupes armés (RFI)
Diplomatie: la Colombie reconnaît officiellement l’Etat de Palestine
Burkina: les inondations ont causé 4922 sinistrés et 7 décès du 1er mai au 7 aout 2018 (Ministère de la Solidarité nationale)
Côte d'Ivoire: le PDCI se retire des discussions pour un parti unifié RHDP (RFI)
Médias : Mathias Tankoano officiellement installé dans ses fonctions de président du CSC
Burkina: l’Opposition politique entend convier incessamment «les Burkinabè à une série de marches de protestation»

SOCIETE

Dans le Nahouri, 745,24 kg de produits prohibés ont été saisis par le commissariat central de police de la ville de Po.

Une équipe dudit commissariat a en effet intercepté aux environs de 1h du matin deux véhicules transportant près de 750 kg de produits pharmaceutiques contrefaits sur l’axe Po-Ouaga.

La cargaison saisie se compose comme suit: 120 boites de Dynewell, 124 boites de Letavit, 116 boites de Cirotamin, 30 paquets d’Ampicilin, 483 sachets de gélules Toupaye, 117 paquets de Dexone, 800 paquets de Paraeffer et 1.600 paquets de Gebedol.

Courant l’année 2017, les services de police ont conduit devant la justice 1 043 individus pour des faits de trafic de stupéfiants et de produits prohibés.

Entre les mains de ces derniers, les policiers avaient saisi 445 560 comprimés d’amphétamine. Pour le premier trimestre de cette année 2018, ce sont 15 353 comprimés d’amphétamine déjà saisis entre les mains de détenteurs, de consommateurs et de trafiquants.

Parallèlement à ces saisies, la police initie régulièrement des séances d’information et de sensibilisation à l’endroit de publics cibles sur les risques sécuritaires qu’induisent la détention, la consommation et le trafic des produits prohibés.

(Source: police nationale)