Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

Le présidium au lancement officiel du projet

SOCIETE

L’Organisation internationale de développement, Light for the World a procédé le mardi 10 avril 2018 au lancement à Ouargaye, province du Koulpelogo, du projet « activités de subsistance inclusives pour les femmes vulnérables et personnes handicapées dans la province du Koulpelogo ».  D’une durée de trois ans, le projet qui a pour objectif de rendre financièrement autonome 200 personnes vulnérables, a été officiellement acté par Yvette Dembélé, la secrétaire d’Etat en charge des affaires sociales, des personnes vivant avec un handicap et de la lutte contre l’exclusion.

Le lancement du projet a été fait au cours d’un atelier tenu dans la salle de réunion de la mairie de Ouargaye avec la présence, des autorités politiques, administratives et coutumières et surtout des organisations des personnes handicapées et personnes vulnérables qui sont concernées par le projet.

Le projet qui sera mis en route avec l’appui opérationnel de  l’Ocades-Caritas Tenkodogo (Organisation catholique pour le Développement et la Solidarité) et l’appui technique de l’ONG Trickle up a pour objectif de rendre autonome sur le plan financier 200 personnes vulnérables et femmes handicapées de 4 communes de la province de Koulpelgo. Ce projet a vu le jour compte tenu du contexte national où les personnes handicapées ont du mal à avoir et à exercer une activité génératrice de revenus.

Selon les statistiques nationales, 76,8% des personnes handicapées sont au chômage à raison du manque de ressources économiques et d’appui des communautés, les maintenant dans une sorte de pauvreté structurelle.

Le projet, qui durera 36 mois, va octroyer à chaque personne vulnérable la somme de 100 000 F CFA. Avec cette somme, chaque bénéficiaire, avec l’appui de coachs qui les formera aux règles de l’épargne et du crédit villageois,  va développer au moins deux activités génératrices de revenus qui leur permettront de sortir de leur situation de  pauvreté. Une partie de cette somme sert également comme un appui à la consommation.

 Le projet sera conduit selon l’approche de la graduation qui est conçue pour, entre autres, « s’adapter aux ménages et individus extrêmement pauvres et particulièrement vulnérables en milieu rural tout en permettant aux bénéficiaires de sortir de l’extrême pauvreté de manière durable et dans une échéance de temps réduite ».

L’originalité de ce projet réside sur le mode de sélection des cibles. Le processus est participatif et selon les explications du partenaire technique, ce sont les communautés elles-mêmes qui définiront les critères de sélections des personnes vulnérables. 

« Le projet permettra d’identifier essentiellement un certain nombre de personnes vulnérables, de les former, des les encadrer en terme d’éducation financière et d’apprentissage de métiers spécifiques, de leur donner des subventions et d’assurer le suivi accompagnement sur une période de trois ans » a expliqué Etienne Bagré, représentant national adjoint de Light for the World Burkina.  L’Ocades-Caritas Tenkodogo  en tant que partenaire de mise en œuvre contribuera à l’identification des femmes vulnérables et personnes handicapées et assura le suivi sur le terrain pour que les bénéficiaires de la subvention puissent avoir un plan solide d’investissement qui in fine les permettra de sortir de leur situation de pauvreté.

La secrétaire d’Etat en charge des affaires sociales, des personnes vivant avec un handicap et de la lutte contre l’exclusion a félicité les trois organisations pour la mise en œuvre de ce projet qui a pour objectif de rendre autonome près de 200 personnes handicapées et vulnérables. Pour la réussite dudit projet, Yvette Dembélé a insisté sur l’implication de tous les acteurs.

« La recherche de l’autonomisation financière des personnes vulnérables et des personnes handicapées nous impose d’assurer la pleine participation et l’implication des familles, des personnes handicapées elles-mêmes et de leurs communautés. Je voudrais donc interpeller les futurs bénéficiaires et leurs communautés ici représentées (…) à s’approprier le projet et à le considérer comme une main tendue, une opportunité offerte mais qui a une contrepartie, celle de l’acceptation des règles du jeu et de l’abnégation au travail pour réveiller vos capacités et les mettre en valeur » a laissé entendre Mme Dembélé.

Pour la secrétaire d’Etat, ce projet s’intègre parfaitement dans les missions du ministère en charge de la Solidarité nationale et la politique gouvernementale à travers le Plan national de développement économique et social (PNDES) qui vise à autonomiser 50% des personnes handicapées d’ici 2020.

Le coût global du projet est de plus de 178 millions de FCFA et le résultat principal attendu  est  l’autonomisation de 200 personnes handicapées et femmes vulnérables de la province de Koulpelogo.

Light for the World est une organisation internationale de développement spécialisée dans le domaine du handicap. Elle couvre environ 180 programmes dans 20 pays à travers le monde. Présente au Burkina depuis 2009, elle intervient spécifiquement dans les domaines de la santé oculaire, l’éducation inclusive, la réadaptation à base communautaire et moyens de subsistance des personnes handicapées, le développement inclusif et de droits des personnes handicapées, etc.

 

 

 

Des mots pour le dire...

Sondage

La mise en œuvre des recommandations de la conférence nationale des forces vives de la nation sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat peut-elle mettre fin aux grèves à répétition au Burkina?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé