Aujourd'hui,
URGENT
France: explosion dans une rue piétonne à Lyon, six blessés, la piste du colis piégé privilégiée (parquet)
Chine-Burkina: «L’exportation des produits burkinabè vers  le marché chinois a augmenté de 300%» 
Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May a annoncé ce vendredi 24 mai qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin prochain
Burkina: la société civile demande aux communes minières de suspendre toute collaboration avec les sociétés minières
Burkina: une performance globale de 63,3% enregistrée par les structures du Premier ministère en 2018
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires

SOCIETE

Le directeur général de la Loterie nationale burkinabè (Lonab), Simon T. Tarnagda, a entrepris, il y a de cela quelques mois, une série de visites aux chefs coutumiers de Burkina Faso. Dans cette dynamique, une délégation de la Nationale des jeux du hasard, conduite par son premier responsable, a été reçue le samedi 7 avril dernier par le Naaba Soonré, Dima de Boussouma, à son palais. La délégation a bénéficié des conseils et des bénédictions du Dima de Boussouma. En retour, elle a offert des instruments de musiques.

«Nous sommes venus honorer le Naaba, prendre ses conseils et ses bénédictions. Nous sommes venus nous abreuver à la source de la tradition. Nous sommes venus bénéficier des conseils pour mieux conduire la mission qui nous a été confiée par les plus hautes autorités», a confié Simon Tarnagda à sa sortie d’audience.

Selon le premier responsable de la Lonab, dans nos traditions, le respect de l’ainé est notre repère. Il faut donc se tourner vers lui dans les moments délicats. «Au moment où nous sommes frappés par les forces du mal, nous devrons retourner à la tradition, nous rassembler et rester debout comme un seul homme pour donner de la dignité, de la force de résistance à notre pays et avancer ensemble afin de construire notre pays», préconise M. Tarnagda.

C’est ce qui justifie d’après lui la remise de ces instruments traditionnels qui est un acte symbolique. «C’est un don pour renforcer la tradition parce que, quoi qu’on dise, la tradition est notre boussole, notre repère et notre guide», souligne-t-il.

A entendre Zackaria Soulga Rimpazandé, aide à la Cour royale, «ce sont ces instruments qui sont dans toutes les cours royales de notre pays. Ils magnifient le courage de nos devanciers, de toutes les personnes qui existent actuellement pour montrer ce qui s’est déroulé dans le passé et de s’y appuyer pour mieux tenir le présent et voir l’avenir avec beaucoup plus de sérénité», a-t-il expliqué.

Pour lui, ce don est à saluer car, «c’est un appui à la royauté. Il faut qu’elle se remémore de tout ce qui s’est passé auparavant pour mieux construire l’avenir. Les rois doivent s’approprier de tous ces instruments».

L’aide à la cour royale estime que la Lonab a vu qu’il peut y avoir des déperditions et des difficultés. De ce fait, indique M. Rimpazandé, cette structure essaie de combler ce déficit en octroyant ce don à la cour royale. «Un appui de ce genre ne peut être accepté qu’avec la gaieté de cœur», se réjouit l’aide.

A noter que, avant cette visite chez le Dima de Boussouma, la délégation de la Lonab avait rendu les mois passés une visite de courtoisie au chef des Bobo Mandarè, aux rois de Tenkodogo et de Ouahigouya et au Mogho Naaba de Ouagadougou.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé