Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

SOCIETE

Dans le cadre de son programme de coopération intitulé «Dons aux microprojets locaux contribuant à la sécurité humaine», le gouvernement du Japon à travers son ambassade au Burkina Faso a octroyé un don de 47.855.998 FCFA pour l’exécution du projet d’extension du Centre médical Sakina dans le quartier Nagrin à Ouagadougou. La signature du contrat de don en faveur de l’Association des élèves et étudiants musulmans au Burkina (AEEMB) a eu lieu ce vendredi 16 décembre 2016 à Ouagadougou.


 
Cette assistance financière du Japon à l’AEEMB est destinée à l’exécution du projet d’extension du Centre médical Sakina. Il s’agira de la construction d’une maternité avec équipements essentiels dans le but d’améliorer la qualité des services de santé à la population. Tout en se réjouissant de cette signature de contrat, l’ambassadeur du Japon au Burkina Faso, Futaishi Masato a fait remarquer que la santé est un des domaines prioritaires de la coopération japonaise vis-à-vis du Burkina. « Le Japon considère que, fournir de meilleurs services de santé et assurer un accès plus facile des populations défavorisées aux services de santé de base, contribue fortement au développement humain et à la réduction de la pauvreté. Sur la base de cette considération, le Japon estime que toute initiative qui consiste à faciliter l’accès aux soins de santé aux populations mérite d’être soutenue», a indiqué M. Masato.

L’ambassadeur japonais nourrit par ailleurs l’espoir que la nouvelle infrastructure sanitaire qui sera construite et les équipements médicaux qui seront acquis facilitent l’accès aux soins de santé des populations qui avaient des difficultés pour atteindre un centre de santé approprié. En outre, « à travers ce projet, le Japon voudrait aussi contribuer à la réduction de la mortalité maternelle et infantile», a souligné Futaishi Masato.

Au regard de la situation « vulnérable » de la mère et de l’enfant burkinabè, Ali Sawadogo, président de l’AEEMB, estime que cet accompagnement du Japon est salutaire. «La santé est un droit. La foi est notre voie. Voler au secours d’autrui est notre devoir. S’investir dans la santé est notre choix et nous ferons en sorte d’en être de bénéficiaires bienveillants, reconnaissants avec l’engagement de travailler assidument pour que les femmes puissent donner la vie dans de meilleures conditions et surtout sans perdre la leur», ont promis les heureux bénéficiaires.

Abel Azonhandé