Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

SOCIETE

Du mardi 6 au vendredi 9 mars 2018 à Abidjan, l’Institut de Sécurité Maritime Interrégional (ISMI) a organisé un séminaire sur le trafic de drogue par voie maritime dans le Golfe de Guinée. La rencontre, organisée en collaboration avec l’Académie régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM) et avec l’appui financier de la France, s’inscrit dans la stratégie nationale globale de la lutte contre le terrorisme en haute mer.

A l’ouverture du séminaire, Karim Coulibaly, directeur général de l’ARSTM s’est félicité du choix porté sur la Côte d’Ivoire pour l’organisation de cet atelier interrégional.

Son espoir, a-t-il dit, est que les échanges puissent permettre de combiner les efforts en vue de faire la lumière sur le terrorisme qui sévit dans la bande sahélo-saharienne, notamment les connections entre piraterie, brigandage maritime et groupes armés terroristes.

Il a constaté que «Le développement des actes de criminalité maritime dans le Golfe de Guinée est l’une des menaces les plus sérieuses contre la desserte régulière de nos ports par les lignes maritimes et contre toute l’économie maritime en général.»

«En s’attaquent au secteur maritime et portuaire qui constitue, à n’en point douter, le poumon de nos économies, poursuit M. Coulibaly, les criminels de mer ont décidé de sacrifier sur l’autel de leurs intérêts égoïstes, les efforts de développement de nos Etats.»

C’est pour contribuer à une riposte efficace à ces menaces que cette formation est organisée par l’ISMI.

Pendant trois jours donc, les participants à l’atelier se sont efforcés d'établir un état des lieux sur la menace et ses implications et d'identifier les moyens d’actions et envisager les évolutions juridiques, institutionnelles et techniques de lutte contre le trafic de stupéfiants. Ils ont aussi œuvré à renforcer les coopérations entre les administrations et les Etats..

La rencontre leur aura également permis de dresser un lien avec le terrorisme qui sévit dans la bande sahélo-saharienne  (notamment les connections entre piraterie / brigandage maritime et groupes armés terroristes-) et de faire des recommandations en matière de lutte  et de prévention et les diffuser aux États de la sous-région et aux organisations régionales.

Ce séminaire qui était à sa quatrième édition, a regroupé une trentaine de participants Ghana,, du Sénégal, du Benin, du Togo, de la Guinée, de la Sierra Leone, du Libéria, du Gabon, du Congo, du Cameroun, de la Mauritanie, de la Côte d’Ivoire et des organisations régionales comme la Cedeao, le CRESMAC et le CRESMAO.

LIRE AUSSI: Séminaire sur le trafic de drogue par voie maritime dans le Golfe de Guinée

 

 

Des mots pour le dire...

Sondage

La mise en œuvre des recommandations de la conférence nationale des forces vives de la nation sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat peut-elle mettre fin aux grèves à répétition au Burkina?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé