Aujourd'hui,
URGENT
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)

SOCIETE

Selon l’Agence d’information du Burkina, la Coalition des associations pour la Défense du droit au logement(CADDL) entend marcher sur le ministère en charge de l’habitat le 15 mars 2018 en vue de dénoncer « le pillage systématique du foncier par les sociétés immobilières ». Elle l’a fait savoir ce jeudi 15 février 2018.

«Nous lançons un appel à toutes les organisations démocratiques, patriotiques et révolutionnaires à se joindre à la campagne de dénonciation pour exiger de l’Etat, des solutions justes à la crise du logement qui frappe le peuple», a fait savoir le secrétaire général du CADDL, Pama Nébié rapporté par nos confrères. Cette marche, selon M. Nébié cité par l’AIB, a pour objectif de réclamer  la mise en place d’une meilleure politique,  en matière de logement au Burkina. 

A en croire l’enquête parlementaire sur le foncier réalisée en 2016, plus de 105 000 parcelles ont été « détournées » dans une quinzaine de communes au Burkina Faso entre 1995 et 2015. A l’issue de la publication de ce rapport, le gouvernement avait mis en place dans la foulée une commission ad hoc  en vue d’examiner les différents cas. Pama Nébié, se montre pessimiste quant à l’aboutissement du travail mené par la dite commission : « c’est un travail bureaucratique qui consiste à recevoir seulement des plaintes écrites dans des bureaux tout en refusant de faire un travail d’investigation sur le terrain avec l’implication des populations pour savoir combien de parcelles ont été détournées et volées et trouver les auteurs».

Autre grief du porte-parole de la coalition, les agissements des sociétés et agences immobilières qui pratiqueraient de la spéculation foncière.  «Après avoir acquis des centaines d’hectares à bon prix, les sociétés immobilières procèdent à des spéculations foncières inacceptables, compromettant davantage les perspectives d’accès à un logement pour les populations (…) en privant les paysans de terres de cultures (…) Aucune société immobilière ne construira des logements sociaux car cela est incompatible avec la logique cupide, mercantile et d’accumulation primitive du capital foncier» fait savoir M. Nébié, selon l’AIB.

Comme solution à tous les problèmes liés au logement, la coalition propose, entre autres,  la  construction de logements sociaux « à prix abordable » au profit des populations vivant dans les zones non loties, la réalisation d’audits sérieux des opérations de lotissements passés, le retrait des parcelles illégalement attribuées et l’arrêt des actions des sociétés immobilières 

Source : Agence d’Information du Burkina

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé