Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

SOCIETE

Selon l’Agence d’information du Burkina, la Coalition des associations pour la Défense du droit au logement(CADDL) entend marcher sur le ministère en charge de l’habitat le 15 mars 2018 en vue de dénoncer « le pillage systématique du foncier par les sociétés immobilières ». Elle l’a fait savoir ce jeudi 15 février 2018.

«Nous lançons un appel à toutes les organisations démocratiques, patriotiques et révolutionnaires à se joindre à la campagne de dénonciation pour exiger de l’Etat, des solutions justes à la crise du logement qui frappe le peuple», a fait savoir le secrétaire général du CADDL, Pama Nébié rapporté par nos confrères. Cette marche, selon M. Nébié cité par l’AIB, a pour objectif de réclamer  la mise en place d’une meilleure politique,  en matière de logement au Burkina. 

A en croire l’enquête parlementaire sur le foncier réalisée en 2016, plus de 105 000 parcelles ont été « détournées » dans une quinzaine de communes au Burkina Faso entre 1995 et 2015. A l’issue de la publication de ce rapport, le gouvernement avait mis en place dans la foulée une commission ad hoc  en vue d’examiner les différents cas. Pama Nébié, se montre pessimiste quant à l’aboutissement du travail mené par la dite commission : « c’est un travail bureaucratique qui consiste à recevoir seulement des plaintes écrites dans des bureaux tout en refusant de faire un travail d’investigation sur le terrain avec l’implication des populations pour savoir combien de parcelles ont été détournées et volées et trouver les auteurs».

Autre grief du porte-parole de la coalition, les agissements des sociétés et agences immobilières qui pratiqueraient de la spéculation foncière.  «Après avoir acquis des centaines d’hectares à bon prix, les sociétés immobilières procèdent à des spéculations foncières inacceptables, compromettant davantage les perspectives d’accès à un logement pour les populations (…) en privant les paysans de terres de cultures (…) Aucune société immobilière ne construira des logements sociaux car cela est incompatible avec la logique cupide, mercantile et d’accumulation primitive du capital foncier» fait savoir M. Nébié, selon l’AIB.

Comme solution à tous les problèmes liés au logement, la coalition propose, entre autres,  la  construction de logements sociaux « à prix abordable » au profit des populations vivant dans les zones non loties, la réalisation d’audits sérieux des opérations de lotissements passés, le retrait des parcelles illégalement attribuées et l’arrêt des actions des sociétés immobilières 

Source : Agence d’Information du Burkina