Aujourd'hui,
URGENT
Burkina Faso : Morgan Henry, un sergent-chef de Barkhane retrouvé mort dans son campement le 16 février. Cause inconnue, enquête ouverte. 
Burkina: Le Premier ministre, Christophe Dabiré, effectue, les 14 et 15 février 2020, une visite officielle dans la région du Sud-Ouest. 
Yagha: un Pasteur et des membres de sa famille -dont ses enfants- exécutés ce 13 février 2020  par des hommes armés non identifiés. 
Fada N'Gourma : 8 assaillants abattus et un autre capturé le 10 février 2020 dans l'attaque contre le poste de gendarmerie de Tanwalbougou.
Chine: le nombre de personnes contaminées par le coronavirus a dépassé 20 400, le virus a tué 425 personnes.  
USA: Le célèbre basketteur Kobe Bryant est mort dans un accident d'hélicoptère. Il était âgé de 41 ans.
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale

Photo: Faso-nord.info

SOCIETE

Le Tribunal de grande instance de Ouahigouya a condamné ce février 2018 l’agent de santé Nonguezanga Kaboré à une peine de prison de six mois avec sursis pour non-assistance de personne en danger. 

Attaché de santé au district sanitaire de Séguénéga, Nonguezanga Kaboré était poursuivis pour d'homicide involontaire et non-assistance de personne en danger.  Les faits se sont déroulés en 2012, alors que le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha) avait lancé un mot d’ordre de grève.
Minata Traoré, 19 ans, est décédée au Centre médical de Séguénéga où l'accusé était en poste.

L’agent de santé Nonguezanga Kaboré est alors accusé de non-assistance à personne en danger et d'homicide involontaire. L’anesthésiste explique avoir suivi le mot-d’ ordre lancé par le syndicat.

Le 31 janvier 2018, il a comparu devant le Tribunal de grande instance de Ouahigouya pour répondre de ces chefs d’inculpation.

Le procureur près le Tribunal de grande instance de Ouahigouya avait alors requis une peine de six mois assortis de sursis pour non-assistance de personne en danger, tout en demandant la relaxe en ce qui concerne les faits d'homicide involontaire, pour infraction non constituée.

Le tribunal a suivi ces réquisitions.

Ce qui ne satisfait pas Pissyamba Ouédraogo, le secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animal. Il estime que c’est la liberté syndicale qu’on veut restreindre.

«Le procureur lui-même a abandonné les faits d’homicide involontaire. Donc le procès est vidé de son fond et il fallait le relaxer simplement. Pour refus de se soumettre à la réquisition, c’est une sanction disciplinaire qui est prévue et non pénale. Nous allons consulter le conseil car c’est un verdict contre la réalité et les choses ne vont pas rester ainsi», a confié le secrétaire général du Syntsha à nos confrères de Faso-nord.info à la sortie de la salle d’audience.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé