Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

Photo: Faso-nord.info

SOCIETE

Le Tribunal de grande instance de Ouahigouya a condamné ce février 2018 l’agent de santé Nonguezanga Kaboré à une peine de prison de six mois avec sursis pour non-assistance de personne en danger. 

Attaché de santé au district sanitaire de Séguénéga, Nonguezanga Kaboré était poursuivis pour d'homicide involontaire et non-assistance de personne en danger.  Les faits se sont déroulés en 2012, alors que le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha) avait lancé un mot d’ordre de grève.
Minata Traoré, 19 ans, est décédée au Centre médical de Séguénéga où l'accusé était en poste.

L’agent de santé Nonguezanga Kaboré est alors accusé de non-assistance à personne en danger et d'homicide involontaire. L’anesthésiste explique avoir suivi le mot-d’ ordre lancé par le syndicat.

Le 31 janvier 2018, il a comparu devant le Tribunal de grande instance de Ouahigouya pour répondre de ces chefs d’inculpation.

Le procureur près le Tribunal de grande instance de Ouahigouya avait alors requis une peine de six mois assortis de sursis pour non-assistance de personne en danger, tout en demandant la relaxe en ce qui concerne les faits d'homicide involontaire, pour infraction non constituée.

Le tribunal a suivi ces réquisitions.

Ce qui ne satisfait pas Pissyamba Ouédraogo, le secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animal. Il estime que c’est la liberté syndicale qu’on veut restreindre.

«Le procureur lui-même a abandonné les faits d’homicide involontaire. Donc le procès est vidé de son fond et il fallait le relaxer simplement. Pour refus de se soumettre à la réquisition, c’est une sanction disciplinaire qui est prévue et non pénale. Nous allons consulter le conseil car c’est un verdict contre la réalité et les choses ne vont pas rester ainsi», a confié le secrétaire général du Syntsha à nos confrères de Faso-nord.info à la sortie de la salle d’audience.

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé