Aujourd'hui,
URGENT
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés

SOCIETE

Dans le cadre de son programme de coopération intitulé «Dons aux micro-projets locaux contribuant à la sécurité humaine», le gouvernement du Japon a octroyé ce vendredi 2 février 2018 un don de plus de 47 millions de francs Cfa au profit de l’Association Koom pour l’autopromotion des femmes au Burkina Faso. La cérémonie de signature du contrat dudit don est intervenue ce vendredi au sein de la chancellerie de l’Ambassade à Ouagadougou.

Ce don est destiné à la normalisation  de l’école primaire du village de Bouro, dans la commune rurale d’Oula au Yatenga, à l’équipement d’un espace de restauration pour les élèves, à la construction d’une cuisine, à la réalisation d’un forage et à l’acquisition de matériel scolaire au profit de l’école. 

Selon la coordonnatrice nationale de l’Association, Madeleine Ouédraogo, jusqu’en 2002, l’école primaire de Bouro ne possédait que trois classes. Et, étant donné que la demande était forte, trois autres classes ont été construites en terre latérite pour compléter les précédentes. «La demande était forte. Les parents des enfants des villages environnants inscrivaient leurs enfants dans cette école, les populations de Bouro étaient obligées de construire trois classes en terre latérite pour compléter les trois classes existantes et ce, pour avoir le cycle complet de l’école primaire» a-t-elle expliquée. Elle dit être heureuse de ce soutien financier de la part du gouvernement du Japon dont la demande  date de depuis trois ans.

Et l’ambassadeur, Tamotsu Ikezaki qui se réjouit de la signature de ce contrat de don, de préciser que cette assistance financière permettra la construction d’un bâtiment scolaire de trois salles de classes en matériaux définitif. La particularité de ce projet, indique l’ambassadeur, est qu’elle intègre l’accès à l’éducation et à l’amélioration de la qualité de la vie scolaire avec un cadre de restauration ainsi que des toilettes pour l’hygiène.

Il dit espérer que la construction de nouvelles salles de classes contribuera, non seulement à l’augmentation de la capacité d’accueil des élèves mais aussi, à l’amélioration de la qualité de l’enseignement dans un environnement approprié. «Je suis convaincu que les bénéficiaires de ce projet, enseignants, élèves et parents d’élèves, s’impliqueront activement à l’entretien des infrastructures qui seront construites dans un esprit KAIZEN afin de les conserver en bon état le plus longtemps possible et donner ainsi la chance au maximum d’enfants d’aller à l’école», souhaite l’ambassadeur.

Il souhaite par ailleurs que cet acte de coopération contribue à l’accroissement du taux de scolarisation, à l’amélioration de la qualité de l’enseignement dans la province du Yatenga et au renforcement des liens amicaux entre le Japon et le Burkina Faso. A noter qu’en dehors de l’appui aux associations dans ce domaine, le Japon a contribué à la réalisation de plusieurs autres projets dans le domaine de l’éducation.

 

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé