Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats
Justice: la CPI ordonne le maintien en détention de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo
Colombie: au moins 21 personnes ont été tuées et dix autres blessées  dans un attentat à la voiture piégée, à Bogota
Yémen: les observateurs de l'ONU cibles de tirs à Hodeïda, ils sont sains et saufs, selon les Nations unies (RFI)
Ghana: un journaliste d’investigation assassiné à Accra
Burkina: le Canadien Kurk Woodman, enlevé dans la nuit du 15 au 16 janvier à Tiabangou (Région du Sahel) a été retrouvé mort

SOCIETE

Dans le cadre de son programme de coopération intitulé «Dons aux micro-projets locaux contribuant à la sécurité humaine», le gouvernement du Japon a octroyé ce vendredi 2 février 2018 un don de plus de 47 millions de francs Cfa au profit de l’Association Koom pour l’autopromotion des femmes au Burkina Faso. La cérémonie de signature du contrat dudit don est intervenue ce vendredi au sein de la chancellerie de l’Ambassade à Ouagadougou.

Ce don est destiné à la normalisation  de l’école primaire du village de Bouro, dans la commune rurale d’Oula au Yatenga, à l’équipement d’un espace de restauration pour les élèves, à la construction d’une cuisine, à la réalisation d’un forage et à l’acquisition de matériel scolaire au profit de l’école. 

Selon la coordonnatrice nationale de l’Association, Madeleine Ouédraogo, jusqu’en 2002, l’école primaire de Bouro ne possédait que trois classes. Et, étant donné que la demande était forte, trois autres classes ont été construites en terre latérite pour compléter les précédentes. «La demande était forte. Les parents des enfants des villages environnants inscrivaient leurs enfants dans cette école, les populations de Bouro étaient obligées de construire trois classes en terre latérite pour compléter les trois classes existantes et ce, pour avoir le cycle complet de l’école primaire» a-t-elle expliquée. Elle dit être heureuse de ce soutien financier de la part du gouvernement du Japon dont la demande  date de depuis trois ans.

Et l’ambassadeur, Tamotsu Ikezaki qui se réjouit de la signature de ce contrat de don, de préciser que cette assistance financière permettra la construction d’un bâtiment scolaire de trois salles de classes en matériaux définitif. La particularité de ce projet, indique l’ambassadeur, est qu’elle intègre l’accès à l’éducation et à l’amélioration de la qualité de la vie scolaire avec un cadre de restauration ainsi que des toilettes pour l’hygiène.

Il dit espérer que la construction de nouvelles salles de classes contribuera, non seulement à l’augmentation de la capacité d’accueil des élèves mais aussi, à l’amélioration de la qualité de l’enseignement dans un environnement approprié. «Je suis convaincu que les bénéficiaires de ce projet, enseignants, élèves et parents d’élèves, s’impliqueront activement à l’entretien des infrastructures qui seront construites dans un esprit KAIZEN afin de les conserver en bon état le plus longtemps possible et donner ainsi la chance au maximum d’enfants d’aller à l’école», souhaite l’ambassadeur.

Il souhaite par ailleurs que cet acte de coopération contribue à l’accroissement du taux de scolarisation, à l’amélioration de la qualité de l’enseignement dans la province du Yatenga et au renforcement des liens amicaux entre le Japon et le Burkina Faso. A noter qu’en dehors de l’appui aux associations dans ce domaine, le Japon a contribué à la réalisation de plusieurs autres projets dans le domaine de l’éducation.

 

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé