Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

Photo: lefaso.net

SOCIETE

Jeudi 1er février, 17 personnes avaient été interpellées par les forces de l’ordre à la suite des violences qui ont secoué Matiacoali le 26 janvier, selon le service de communication et de relations publiques du gouvernorat de la région de l’Est.

«Nous vous l'avions déclaré après la survenue de ces actes que les fauteurs allaient être interpellés afin de répondre de leurs actes. Pour l'heure (1er février, NDLR) 17 personnes ont été interpellées. Cette opération participe à la restauration de l'autorité de l'État. On ne peut pas continuer d'assister de façon passive à des actes de violence de ce genre. Il est de notre devoir de favoriser un climat de sérénité et de quiétude pour le bien-être de tous les citoyens de la région», a déclaré le gouverneur de la région de l'Est.

En rappel, le vendredi 26 janvier dernier, la cérémonie de la journée régionale de la forêt à Matiacoali avait été interrompue par des manifestants en désaccord avec la vocation  attribuée à la zone sylvo-pastorale de TapoaBoopoa. Des paysans réclamaient notamment que les limites de la forêt soient repoussées au-delà de leurs champs.

S’en étaient suivies des violences au cours desquelles des panneaux et bornes confectionnés pour l’indication et la délimitation de la TapoaBoopoa ont été détruits. Tani Koulabiga, président du comité de gestion de cette zone sylvo-pastorale, a été molesté.

Ce qui a conduit les autorités régionales, explique le service de communication du gouvernorat, à lancer une opération d'interpellation par les forces de sécurité des personnes qui se seraient rendues coupables de ces actes le 1er février 2018.