Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)
Turquie: le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré

SOCIETE

Ce 15 janvier 2018, marque la commémoration du 2e anniversaire de l’enlèvement du Dr Elliot. Celui-ci, en compagnie de sa femme –relâchée un peu plus tard -  avaient été la cible de ravisseurs se réclamant du groupe djihadiste Ansar Dine. Deux ans après sa disparition, l’on est sans informations de son lieu de détention ou de l’état dans lequel se trouve celui qui s’était installé à Djibo (Soum), depuis 45 ans.   

 «Cela fait 2 ans, deux ans que le Nord du Burkina Faso s'est vu enlever son sauveur sanitaire. Deux ans que l'Onu ; l’État burkinabè ; l’Union Européenne ; l’UA.... sont restés amorphes face aux larmes des populations. Deux ans que la technologie mondiale demeure incapable de localiser et de libérer le Docteur.» Ces propos témoignent de l’indignation des populations réunies au sein du collectif pour la libération du Dr Elliot.

Ces derniers ont exprimé ce lundi 15 janvier 2018 à Ouagadougou leur désarroi quant à la question de l’enlèvement du Dr Elliot. A en croire les membres de ce collectif, les lignes ne semblent pas bouger dans cette affaire. C’est la raison pour laquelle  le collectif demande que tout soit mis en œuvre, afin que soit retrouvé Kenneth Eliot.

Pour Simon Compaoré, ministre en charge de la sécurité, ses services n’ont nullement pas abandonné les recherches. A l’en croire, les recherches se poursuivent, en vue de repérer et procéder à la libération du Dr Eliot. Les pistes sur lesquelles ils se sont lancés, n’ont pas encore donné satisfaction.

Australien d’origine, Kenneth Elliot naturalisé burkinabè en novembre 2016, vivait à Djibo depuis 1972. Dans cette localité, les populations bénéficiaient quasiment de ses services sanitaires gratuitement au sein de sa clinique, selon des témoignages. Se sentant orphelines, les populations de la ville d’accueil du médecin se sont faites entendre pour réclamer la libération de leur bienfaiteur, à travers une marche de protestation ce 15 janvier 2018.  

 

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé