Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

SOCIETE

Au cours d’une séance plénière le mercredi 13 décembre 2017, la Commission d’enquête parlementaire sur le système de santé au Burkina Faso a présenté les résultats de ses travaux de trois mois. La commission a observé une disparité dans la répartition géographique du personnel.

Des résultats de cette enquête, il ressort que les deux villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso concentrent à elles seules plus de la moitié des effectifs: 53,7% des médecins; 57,3% des sages-femmes; 59% des pharmaciens et 33 % des infirmiers toutes catégories confondues.

La commission a par ailleurs constaté qu’aucun Centre hospitalier universitaire (CHU) ne respecte les normes en matière de gestion du personnel médical et paramédical. Et que seulement 12% des Centres hospitaliers régionaux (CHR) respectent les normes dans ce domaine. Enfin, seulement 27% des Centres médicaux avec antenne chirurgicale (CMA) respectent les normes en matière de personnel médical et paramédical.

Le rapport pointe aussi l’absence de spécialistes pour certaines pathologies, l’inexpérience du personnel de santé en milieu rural due à sa jeunesse (les élèves en fin de formation sont souvent affectés directement dans les CSPS). Aussi, les capacités des structures sanitaires en personnel sont révolues par rapport aux besoins en soins.

En 90 jours d’investigations, la commission d’enquête parlementaire a visité 111 structures sanitaires, auditionné plusieurs centaines de personnes et produit un rapport d’environ 900 pages. 15 thématiques ont été analysées. Et la commission est parvenue à la conclusion selon laquelle, le système de santé burkinabè a mal à sa gouvernance.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé