Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)
Burkina: trois assaillants abattus à Foutouri dans l'Est du pays suite à une «vigoureuse riposte» des soldats (Armée)
Brésil: l'ex-président brésilien Lula est sorti de prison après plus d'un an et demi d'incarcération

SOCIETE

Au cours d’une séance plénière le mercredi 13 décembre 2017, la Commission d’enquête parlementaire sur le système de santé au Burkina Faso a présenté les résultats de ses travaux de trois mois. La commission a observé une disparité dans la répartition géographique du personnel.

Des résultats de cette enquête, il ressort que les deux villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso concentrent à elles seules plus de la moitié des effectifs: 53,7% des médecins; 57,3% des sages-femmes; 59% des pharmaciens et 33 % des infirmiers toutes catégories confondues.

La commission a par ailleurs constaté qu’aucun Centre hospitalier universitaire (CHU) ne respecte les normes en matière de gestion du personnel médical et paramédical. Et que seulement 12% des Centres hospitaliers régionaux (CHR) respectent les normes dans ce domaine. Enfin, seulement 27% des Centres médicaux avec antenne chirurgicale (CMA) respectent les normes en matière de personnel médical et paramédical.

Le rapport pointe aussi l’absence de spécialistes pour certaines pathologies, l’inexpérience du personnel de santé en milieu rural due à sa jeunesse (les élèves en fin de formation sont souvent affectés directement dans les CSPS). Aussi, les capacités des structures sanitaires en personnel sont révolues par rapport aux besoins en soins.

En 90 jours d’investigations, la commission d’enquête parlementaire a visité 111 structures sanitaires, auditionné plusieurs centaines de personnes et produit un rapport d’environ 900 pages. 15 thématiques ont été analysées. Et la commission est parvenue à la conclusion selon laquelle, le système de santé burkinabè a mal à sa gouvernance.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé