Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le directeur provincial de la police nationale du Ziro suspendu et placé sous mandat de dépôt pour affaires de mœurs (Police)
Burkina: 15 380 kg de cannabis saisis entre novembre 2017 et février 2018 (Douanes).
Culture: Ouagadougou va abriter du 27 février au 1er mars 2018 la première édition du Festival panafricain de la Série"Séries Séries" 
Israël: 750 migrants africains menacés d'expulsion en grève de la faim (RFI)
Football: Le RCK éliminé de la ligue africaine des champions après sa défaite 2 à 0 à Libreville
Football: L’EFO éliminé de la Coupe de la Confédération après sa défaite 1 à 0 contre l’Olympic Star FC du Burundi
Burkina: le journaliste Mahamadi Tiegna nommé directeur général des Editions Sidwaya (Conseil des ministres)
Burkina: Le journaliste Pascal Yemboini Thiombiano nommé  directeur général de la radiodiffusion télévision du Burkina
Mali: deux soldats français tués et un blessé dans l'explosion d'une mine artisanale (RFI)
Nécro: Idrissa Ouédraogo décoré Grand officier de l'Ordre national à titre posthume avant d'être inhumé ce mardi 20 février

Ph: Ousséni Ganamé

SOCIETE

Le commissariat de Police de Koumbri, une commune de la province du Yatenga, région du Nord, a été attaqué vers 23h dans la nuit du lundi 4 décembre 2017, rapporte le site Faso-Nord infos. Il y aurait eu des dégâts matériels importants, mais pas de perte en vie humaine.

Quand les tirs nourris d'armes à feu se sont fait entendre du côté du commissariat, les habitants se sont terrés chez eux, explique le site d’informations qui relaie le quotidien de cette partie du pays.

Ousséni Ganamé, le maire de cette commune rurale, assure sur sa page Facebook avec des photos à l’appui que l'attaque n’a pas occasionné de perte en vie humaine, mais beaucoup de dégâts matériels, des motos incendiées ou emportées.

Quatre motos auraient été emportées et trois autres incendiées par des individus dont l'identité n’est pas encore connue.

Dans leur fuite, les assaillants sont tombés sur des renforts en provenance de la commune de Banh qui les ont contraint à abandonner une kalachnikov, des centaines de munitions, des motos, des bidons d’essence et des portables, relate de son côté l’AIB, citant des sources sécuritaires.

Dans cette zone, une attaque du lycée départemental Kain dans la nuit du 26 au 27 novembre, avait causé la mort d'un professeur de Français-Histoire-Géographie et fait deux blessés.