Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

SOCIETE

Des populations affectées par les travaux du barrage de Samendeni ne sont pas contentes de leur ancien cadre de concertation. Elles l’ont fait savoir au travers d’une conférence de presse, co-animée avec la Maison des associations et mouvement pour le développement des Hauts-Bassins (MANDE). C’était dans la journée du mercredi 16 novembre.

En rupture avec Aboubacar Ouattara, le président du cadre de concertation, des populations affectées par les travaux du barrage de Samendeni, des populations misent désormais sur la maison des associations et mouvement pour le développement des Hauts-Bassins. Sous l’impulsion de cette association, les personnes affectées par la construction du Barrage de Samendeni ont fait part de leur désarroi.

Le temps d’une conférence de presse, Job Khalifa Millogo, le président de la MANDE a été le porte-voix des sans voix de Samendeni. Dans une déclaration fleuve, la MANDE a fait le tour des «injustices» subies par des populations. Et le bourreau serait Aboubacar Abdramane Ouattara, maire de Karangasso Sambla et président du cadre de concertation des personnes affectées du barrage de Samendeni.

Spoliation, discrimination, abus de pouvoir, fausse promesse, détournement sont entre autres des accusations portées à l’endroit de ce dernier.
Tout ceci a poussé laMANDE et les populations de Samendeni a demander son départ. De même que celui du ministre de l’Eau et du coordonnateur du PDIS.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé