Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

SOCIETE

Après le rendez-vous manqué de 2015, les Universités africaines de la communication de Ouagadougou (UACO) sont effectives cette année. Ce jeudi 16 novembre 2017 s’est ouvert à Ouagadougou la 10ème édition sous le thème «Médias sociaux et formation des opinions en Afrique». Cette édition est placée sous le haut patronage du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, représenté à la cérémonie d’ouverture par son Haut représentant, Moumina Chérif Sy.

L'objectif visé à travers ce thème est de contribuer à une amélioration positive de la formation plurielle des opinions causées par les médias sociaux et préparer nos pays à réussir leur insertion dans le nouveau paysage médiatique international. Parlant du thème, Remis Fulgance Dandjinou, ministre en charge de la Communication et président exécutif de la 10e édition des UACO, estime que c’est une problématique qui s’impose par sa pertinence et son actualité. Pour lui, les médias sociaux interpellent fortement aujourd’hui l’ensemble des acteurs de tous les milieux socioprofessionnels. 

A écouter la ministre du développement de l'économie numérique et des postes, Hadja Ouattara/Sanon, marraine de cette édition, dans le contexte où tout le monde est en train de devenir émetteur et récepteur de l’information, les réseaux sociaux sont devenues une réalité inévitable. «Depuis 2006, les réseaux sociaux sont omniprésents dans notre vie quotidienne. Le taux d’abonné n’a de cesse augmenté de façon exponentielle. On compte aujourd’hui un peu moins de 4 milliards d’internautes sur une population mondiale estimée à plus de 7 milliards soit un taux de pénétration de 50%. En Afrique, sur une population estimée à 1,3 milliards on dénombre 362 millions d’internautes soit un taux de pénétration de 29% et 168 millions d’utilisateurs de réseaux sociaux avec un taux de pénétration de 14%» a-t-elle expliqué tout en relevant que Facebook reste le réseau social le plus utilisé dans le monde avec 1,8 milliards d’abonnés.

A en croire la marraine, grâce à la gratuité et à l’instantanéité, les media sociaux sont aujourd’hui la première source d’information : «Ils ont incontestablement révolutionné le monde et s’imposent aujourd’hui comme un outil indispensable dans notre quotidien».

Espace de rencontres et d’échanges, aux yeux de la marraine, les réseaux sociaux ont véritablement fait du «monde un village planétaire». Cependant, souligne-t-elle, «les avantages ne doivent pas nous faire perdre de vue le revers de la médaille».

Pour sa part, le représentant du chef de l’Etat, Moumina Chérif Sy, dit ne pas douter un seul instant des capacités et des compétences des participants à cette rencontre de haut niveau pour déplier des pistes de réflexions mais aussi et surtout d’actions au profit des étudiants, stagiaires, fonctionnaires, formateurs et chercheurs des différents pays. 

La présidente de l’Association des blogueurs du Burkina (ABB), Basseratou Kindo, dit attendre de ces UACO de fortes propositions pour contribuer à la formation des principaux acteurs afin de réduire les «effets pervers que produisent les mauvais utilisateurs des réseaux sociaux »

Trois jours durant, outre le colloque académique, le programme de cette édition prévoit une exposition de matériels et équipements de communication et des TICs en rapport avec l’évolution technologique, un forum des grandes écoles de formation en journalisme et communication de la sous-région, une rencontre conjointe entre les responsables des télévisions de l’espace Uemoa et les opérateurs de mise en œuvre de la TNT et des changements qu’elle entrainera pour nos pays.