Aujourd'hui,
URGENT
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti
Burkina: près de 25 000 réfugiés bénéficient de l’asile (HCR)
HCR: 68,5 millions de personnes déracinées dans le monde à la fin 2017 (Rapport)
Côte d’Ivoire: une pluie diluvienne fait au moins 10 morts dans plusieurs quartiers d’Abidjan (AIB)
Economie: au 31 janvier 2017, les chèques impayés émis au profit de l’Etat burkinabè représentait un montant de plus de 36 milliards de FCFA
Cameroun:  deux militants du RDPC tués, le gouvernement accuse les séparatistes (RFI)

SOCIETE

Créée depuis 2011, la plateforme des Droits économiques, sociaux et culturels est née de la volonté des Organisations de la société civile membres, pour apporter une plus-value dans la promotion et la protection des droits économiques, sociaux et culturels (DESC). Ladite plateforme a été présentée à la presse ce mardi 14 novembre 2017 à Ouagadougou.


La plateforme DESC/Burkina regroupe une trentaine d’OSC burkinabè, soutenue par le Programme de renforcement des capacités en droits humains (Huricap) d’Amnesty international Pays-Bas et le bureau régional du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme basé à Dakar. Selon Christian Ouédraogo, coordonnateur, la coalition entend contribuer au renforcement et à la mise en œuvre des garanties juridiques et pratiques de protection des DESC au Burkina, veiller à l’appropriation du contenu des DESC par les acteurs clés et l’ensemble des populations. Elle compte également poursuivre la mise en œuvre des obligations et recommandations en la matière par les pouvoirs publics centraux et décentralisés et mobiliser la société civile et les citoyens pour un plaidoyer efficace en vue de faire progresser les DESC.

Depuis sa mise en place, la plateforme DESC/Burkina a déjà formé des membres des OSC sur l’utilisation des mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits humains. Elle a aussi élaboré et diffusé des kits d’information et de plaidoyer sur la réalisation du deuxième protocole facultatif au pacte international sur les droits civils et politiques, visant à abolir la peine de mort et du protocole facultatif au PIDESC. «Les activités réalisées ont permis de former plus de 90 leaders d’associations et d’ONG sur le contenu, les sources, les obligations et les étapes de travail en matière de DESC. Elles sont également à la base des nouvelles adhésions de plusieurs associations communautaires augmentant à 30, le nombre d’organisations membres de la plateforme DESC/Burkina», a confié M. Ouédraogo.