Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

SOCIETE

Créée depuis 2011, la plateforme des Droits économiques, sociaux et culturels est née de la volonté des Organisations de la société civile membres, pour apporter une plus-value dans la promotion et la protection des droits économiques, sociaux et culturels (DESC). Ladite plateforme a été présentée à la presse ce mardi 14 novembre 2017 à Ouagadougou.


La plateforme DESC/Burkina regroupe une trentaine d’OSC burkinabè, soutenue par le Programme de renforcement des capacités en droits humains (Huricap) d’Amnesty international Pays-Bas et le bureau régional du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme basé à Dakar. Selon Christian Ouédraogo, coordonnateur, la coalition entend contribuer au renforcement et à la mise en œuvre des garanties juridiques et pratiques de protection des DESC au Burkina, veiller à l’appropriation du contenu des DESC par les acteurs clés et l’ensemble des populations. Elle compte également poursuivre la mise en œuvre des obligations et recommandations en la matière par les pouvoirs publics centraux et décentralisés et mobiliser la société civile et les citoyens pour un plaidoyer efficace en vue de faire progresser les DESC.

Depuis sa mise en place, la plateforme DESC/Burkina a déjà formé des membres des OSC sur l’utilisation des mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits humains. Elle a aussi élaboré et diffusé des kits d’information et de plaidoyer sur la réalisation du deuxième protocole facultatif au pacte international sur les droits civils et politiques, visant à abolir la peine de mort et du protocole facultatif au PIDESC. «Les activités réalisées ont permis de former plus de 90 leaders d’associations et d’ONG sur le contenu, les sources, les obligations et les étapes de travail en matière de DESC. Elles sont également à la base des nouvelles adhésions de plusieurs associations communautaires augmentant à 30, le nombre d’organisations membres de la plateforme DESC/Burkina», a confié M. Ouédraogo.
 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé