Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: l'abbé Théophile Naré nommé nouvel évêque du diocèse de Kaya par le Pape François ce 7 décembre 2018 (Officiel) 
Tchad: huit ans de prison pour l’ex-chef rebelle tchadien Baba Laddé
France: les hausses de taxe sur les carburants «annulées pour l'année 2019»
Vatican: le pape François se rendra aux Emirats arabes unis en février 2019 où il participera à une rencontre inter-religieuse
G5 Sahel: plus de 1 300 milliards de F CFA (2 milliards d'euros) mobilisés pour le financement du programme d’investissements prioritaires
Rwanda: l'opposante Diane Rwigara et sa mère acquittées d'incitation à l'insurrection
Burkina Faso: la justice française autorise l'extradition de François Compaoré, frère cadet de Blaise Compaoré, poursuivi dans l'affaire Norbert
Burkina: les syndicats de l'éducation appellent les enseignants à suspendre de toute forme d’évaluation pour compter de ce lundi 3 décembre
Région de l'Est: la gendarmerie déjoue une embuscade et abat 6 assaillants sur l’axe Fada-Bougui (lefaso.net). 
Etats-Unis: le 41e président américain, George H. W. Bush, est décédé ce vendredi 30 novembre 2018 à l'âge de 94 ans

SOCIETE

Créée depuis 2011, la plateforme des Droits économiques, sociaux et culturels est née de la volonté des Organisations de la société civile membres, pour apporter une plus-value dans la promotion et la protection des droits économiques, sociaux et culturels (DESC). Ladite plateforme a été présentée à la presse ce mardi 14 novembre 2017 à Ouagadougou.


La plateforme DESC/Burkina regroupe une trentaine d’OSC burkinabè, soutenue par le Programme de renforcement des capacités en droits humains (Huricap) d’Amnesty international Pays-Bas et le bureau régional du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme basé à Dakar. Selon Christian Ouédraogo, coordonnateur, la coalition entend contribuer au renforcement et à la mise en œuvre des garanties juridiques et pratiques de protection des DESC au Burkina, veiller à l’appropriation du contenu des DESC par les acteurs clés et l’ensemble des populations. Elle compte également poursuivre la mise en œuvre des obligations et recommandations en la matière par les pouvoirs publics centraux et décentralisés et mobiliser la société civile et les citoyens pour un plaidoyer efficace en vue de faire progresser les DESC.

Depuis sa mise en place, la plateforme DESC/Burkina a déjà formé des membres des OSC sur l’utilisation des mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits humains. Elle a aussi élaboré et diffusé des kits d’information et de plaidoyer sur la réalisation du deuxième protocole facultatif au pacte international sur les droits civils et politiques, visant à abolir la peine de mort et du protocole facultatif au PIDESC. «Les activités réalisées ont permis de former plus de 90 leaders d’associations et d’ONG sur le contenu, les sources, les obligations et les étapes de travail en matière de DESC. Elles sont également à la base des nouvelles adhésions de plusieurs associations communautaires augmentant à 30, le nombre d’organisations membres de la plateforme DESC/Burkina», a confié M. Ouédraogo.