Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: des conseillers s’opposent aux projets de délibérations du maire Armand Béouindé
Classement FIFA: le Burkina 6è et toujours dans le Top 10 africain
Diplomatie: le magistrat Brahima Séré nommé ambassadeur du Burkina Faso en Turquie.
Diplomatie:  Oumarou Maïga nommé ambassadeur du Burkina Faso en Afrique du Sud.
Diplomatie:  Benoit Kambou, ex-président du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale, nommé ambassadeur du Burkina au Tchad.
Burkina: le 5ème recensement général de la population se tiendra cette année (Conseil des ministres)
Liberia: La présidente sortante Sirleaf dit non à son exclusion du parti (UP), tout en promettant de faire appel de cette décision (koaci.c
Boussé: Un élève blessé par balle, alors qu’il prenait part à une manifestation de soutien aux enseignants
G5 Sahel: la Mauritanie supprime le visa d’entrée imposé aux Burkinabè
Chan 2018: Les Étalons locaux font match nul 0-0 face à l'Angola comptant dans la 1ere journée de la poule D

SOCIETE

Le Réseau d’Initiatives de Journalistes (RIJ) en partenariat avec la Deutsche Welle Akademie a tenu du vendredi 10 au samedi 11 novembre 2017 à Fada N’Gourma, un forum des hommes de médias et des acteurs locaux pour une paix durable dans la région de l’Est du Burkina. Placé sous le thème,  «Quelle contribution des médias pour la promotion de la paix entre les acteurs locaux?», ledit forum a connu la participation des représentants de la chefferie coutumière, des forces de sécurité, de la société civile, des Koglweogos et des journalistes des médias locaux.

Pour les organisateurs de ce cadre d’échange, le choix de Fada N’gourma se justifie tout simplement par le fait que la capitale de la région de l’Est a été secouée ces dernières années par une série de conflits : conflits fonciers, conflits éleveurs-agriculteurs, conflits entre Forces de sécurité et groupes d’auto-défense Koglweogo.

Et selon le secrétaire général du RIJ, Oumar Paténéma Ouédraogo, ces différentes crises ont porté un coup à la cohésion sociale. Raison pour la quelle, il était important de réunir tous les acteurs sur une même table afin d’identifier les conflits majeurs, leurs causes et les solutions pour y mettre fin. Mais bien avant le forum qui s’est tenu le samedi, une dizaine de  journalistes issus des médias locaux de la région ont eu droit à une formation sur  l’éthique et la déontologie et sur le journalisme sensible aux conflits.

« Nous avons estimé que pour venir à bout des conflits et à les prévenir, il va falloir jouer notre partition. Et notre partition, nous la jouons à travers l’organisation de ce forum qui permettra de réunir tous les acteurs de la localité pour échanger autour de cette problématique. L’objectif  de cette activité est donc de trouver ensemble, les pistes de solutions pour une paix durable dans la région de l’Est » a fait savoir M. Ouédraogo.

Le Haut commissaire de la province du Gourma, Jean Yves Béré, a salué cette initiative du RIJ et de ses partenaires de tenir cette rencontre dans le chef lieu de sa province. Il a saisi l’occasion  pour rappeler que les questions touchant à la paix et à la cohésion sociale sont placées au centre des préoccupations du gouvernement qui en fait son cheval de bataille.

« Selon le rapport 2015 du ministère en charge des droits humains sur l’état des lieux des conflits, la région de l’Est arrive malheureusement en deuxième position après celle du Sahel  en matière de recrudescence des conflits. Ces conflits sont soient communautaires, entre agriculteurs et éleveurs, foncier ou liés à la chefferie, etc. De ce fait, les médias doivent jouer un rôle crucial dans la prévention et la résolution de ces conflits et à la cohésion sociale.  A titre illustratif, les échanges directs entre les populations, les autorités locales et les journalistes constituent un tremplin pour chacun des acteurs d’évoquer les difficultés relatives à la collaboration afin de trouver des solutions pour une meilleure prise en compte de leur préoccupation respective » a indiqué le Haut commissaire représentant pour la circonstance le gouverneur de la région.

Les échanges directs qui ont duré plus de 4 heures ont permis aux participants d’identifier les conflits majeurs qui minent leur contrée. Il s’agit essentiellement des conflits sur la double chefferie, conflits foncier et agriculteurs-éleveurs, des rapts des filles et les conflits entre populations, forces de sécurité et les comités d’autodéfense Koglweogo.

Comme solutions, les participants ont préconisé, entre autres, que l’Etat assume sa responsabilité en utilisant ses prérogatives régaliennes, que les autorités coutumières s’écartent de la scène politique tout en clarifiant les règles de successions. 

Outre cela, en ce qui concerne les conflits agriculteurs éleveurs, il faudrait que l’Etat clarifie à tous, les zones de pâturages et les zones réservées à l’agriculture et que tout contrevenant soit sanctionné. Pour le cas des Koglweogo, ils ont interpellé l’Etat à assurer la sécurité à tous les Burkinabè et que les comités d’autodéfense respectent les règles définies par l’autorité compétente.

Après la remise des attestations, les organisateurs du forum ont invité les journalistes à produire des œuvres de qualité afin d’aider à prévenir les conflits dans leur localité.