Aujourd'hui,
URGENT
Campagne agricole: près de 3 millions de Burkinabè seront en situation d'urgence alimentaire
La Haye: Ratko Mladić condamné à la prison à perpétuité
Campagne agricole: 17 provinces déficitaires (Conseil des ministres)
Burkina: Les administrateurs civils observeront trois jours de grève ( 28 au 30 novembre 2017)
Religion: la célébration du Maouloud est prévue dans la nuit du jeudi 30 novembre au vendredi 1er décembre 2017 (FAIB).
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro intègre la nouvelle direction du RDR comme vice président chargé de la région du Tchologo
Zimbabwe: Robert Mugabé démissionne du pouvoir
Zimbabwe: Le Parlement a débuté la procédure de destitution de Robert Mugabe
Nigéria: au moins 50 personnes ont été tuées dans un attentat-suicide à Mubi dans le nord-est du pays
esclavage de migrant: la Libye exprime "son refus catégorique et condamne fermement ce genre de pratique inhumain" 

Echange de documents entre le DG sortant (à droite) et l'entrant (à gauche)

SOCIETE

Après douze années à la tête du Groupe de presse Fasozine, tour à tour comme directeur de publication, président du conseil éditorial, puis directeur général, Serge Mathias Tomondji passe le témoin à Désiré Théophane Sawadogo, jusque-là directeur de la rédaction. La passation de service a eu lieu le jeudi 9 novembre 2017 dans les locaux du journal à Ouagadougou.

Journaliste éditorialiste, Serge Mathias Tomondji traine derrière lui une trentaine d'années dans le journalisme. Du Bénin au Burkina, l’homme a marqué de sa plume les colonnes de plusieurs journaux. Notamment le quotidien gouvernemental béninois Ehuzu (devenu La Nation), où il fit ses premières armes, ainsi que plusieurs titres de la jeune presse privée du debut des années 1990.

Il dépose ensuite ses valises à Ouagadougou en 1993 et travaille, pendant cinq ans au sein du Groupe de presse Le Pays. Plus tard, il dirigera la Rédaction du quotidien 24heures entre mai 2000 et octobre 2001.

Aujourd'hui, après douze années de «bons et loyaux» services au sein du groupe Fasozine, M. Tomondji décide de changer d’environnement et de dimension.

«Ce jour est pour moi à la fois un épilogue et un prologue. L’épilogue de 12 années avec Fasozine dont six avec le magazine panafricain Notre Afrik. Et le prologue d'une nouvelle aventure professionnelle. Je pense avoir fait de mon mieux pour apporter ce que je pouvais, même si nous n’avons pas pu gagner certains combats. Fasozine reste profondément ancré dans mon cœur. Nous avons connu des hauts et des bas dans cette aventure commune, mais nous avons tenu et essayé d'offrir au Burkina un magazine de qualité malgré les difficultés. Je mesure le poids des responsabilités que je transmets à M. Sawadogo, mais je ne doute aucunement de ses compétences», a témoigné M. Tomondji.

Tout en remerciant le fondateur du groupe Fasozine, Thierry Hot, le DG sortant a exhorté l’ensemble du personnel à redoubler d’ardeur et à aider son successeur à relever ce nouveau défi.

Pour le directeur sortant et le personnel, le nouveau DG, n’est pas un novice de la maison Fasozine. Désiré Sawadogo a très tôt embarqué dans l’aventure Fasozine. Après avoir exercé dans les quotidiens l’Express du Faso, 24heures, à la radio Ouaga FM et à la télévision Canal 3, M. Sawadogo a forgé davantage son professionnalisme dans ce métier à l’ombre de son prédécesseur.

Reconnu pour sa rigueur professionnelle et son sens du devoir, il tient désormais les rênes de ce groupe et compte le conduire à bon port.

«Je suis très heureux de pouvoir compter sur la disponibilité de M. Tomondji qui sera d’un grand soutien pour toute l’équipe qu’il laisse à ma disposition. Je mesure à sa juste valeur l'importance de la tâche qui m’incombe désormais, mais j’espère qu’avec la grâce de Dieu et l’abnégation de l’ensemble du personnel, nous arriverons à relever le défi», a promis le nouveau DG.

Le pot d'au revoir, convivial, était à la mesure de cette cérémonie fort simple mais pleine de sens aux yeux du personnel qui a réaffirmé sa disponibilité et son engagement aux côtés du nouveau DG. Nouveau défi pour Désiré Sawadogo mais nouveau challenge également pour l’ensemble du personnel. Avec un magazine bimestriel de haute facture et un quotidien en ligne, Fasozine fait partie des groupes de presse qui comptent dans le paysage médiatique du Burkina.