Aujourd'hui,
URGENT
Campagne agricole: près de 3 millions de Burkinabè seront en situation d'urgence alimentaire
La Haye: Ratko Mladić condamné à la prison à perpétuité
Campagne agricole: 17 provinces déficitaires (Conseil des ministres)
Burkina: Les administrateurs civils observeront trois jours de grève ( 28 au 30 novembre 2017)
Religion: la célébration du Maouloud est prévue dans la nuit du jeudi 30 novembre au vendredi 1er décembre 2017 (FAIB).
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro intègre la nouvelle direction du RDR comme vice président chargé de la région du Tchologo
Zimbabwe: Robert Mugabé démissionne du pouvoir
Zimbabwe: Le Parlement a débuté la procédure de destitution de Robert Mugabe
Nigéria: au moins 50 personnes ont été tuées dans un attentat-suicide à Mubi dans le nord-est du pays
esclavage de migrant: la Libye exprime "son refus catégorique et condamne fermement ce genre de pratique inhumain" 

Photo: Watt FM

SOCIETE

Les forces de défense et de sécurité burkinabè ont réussi à neutraliser plusieurs assaillants et retirés plusieurs armes de guerre, de sources concordantes.

Les affrontements entre les FDS et les présumés terroristes se seraient déroulés vers 13h jeudi quand  une patrouille de reconnaissance du détachement des forces de défense et de sécurité de Nassoumbou est tombée sur des assaillants non identifiés. Une dizaine d'assaillants abattus, et quatre de leurs corps récupérés par les militaires.

Côté FDS, il y aurait quatre blessés dont un cas grave. Les forces de défense et de sécurité auraient également mis la main sur un important stock d'armes.

«Mes félicitations à nos Forces Armées Nationales pour avoir vaillamment combattu l'ennemi à Ariel dans le Soum ce jour. De nombreux terroristes neutralisés. Courage à nos Forces Armées Nationales et prompt rétablissement aux blessés. Nous gagnerons cette guerre», a réagi Jean Claude Bouda, le ministre de la Défense sur Twitter.

Il s'agirait d'éléments du groupe Ansarul du prédicateur Ibrahim Malam Dicko. Ils avaient été repérés dans les collines entre Kereboulé et Ariel dans la nuit du 8 au 9 novembre. Leur mouvement a alors été ensuite suivi par l’armée, qui a décidé d’intervenir, a confié une source sécuritaire à Jeune Afrique.