Aujourd'hui,
URGENT
Nécro: Décédé ce 18 février, le cinéaste Idrissa Ouédraogo sera inhumé le mardi 20 février au cimetière de Gounghin
Cinéma : le cinéaste burkinabè Idrissa Ouédraogo est décédé ce dimanche 18 février 2018 à Ouagadougou. 
Football: Les Étalons rétrogradés au 9e rang africain et classés 57e au niveau mondial (Classement Fifa février 2018)
Ethiopie: démission du Premier ministre Hailemariam Desalegn
Burkina: Une marche le 15 mars contre «le pillage du foncier» par les sociétés immobilières (AIB)
Afrique du Sud: Cyril Ramaphosa endosse les habits de président après la démission de Zuma
Allemagne: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, se rend à Munich pour la 54ème Conférence sur la sécurité.
Présidence: Domba Jean Marc Palm, directeur de recherche à la retraite,  nommé Président du Haut Conseil du dialogue social.
Présidence: le journaliste Auguste Marie Romain Bambara nommé directeur de la Communication de la présidence du Faso.
Justice: L’audience devant examiner la demande d’extradition de François Compaoré initialement prévue le 7 mars a été reportée au 28 mars 

SOCIETE

Une personne a été tuée et une autre blessée le lundi 2 octobre 2017, aux environs de 16 heures, quand une explosion s’est produite dans une soute à munitions du camp Ouezzin Coulibaly de Bobo Dioulasso.

Selon des informations concordantes, corroborées par un communiqué de l’Etat-major général des armées, l’explosion accidentelle s’est produite dans la soute à minutions logé dans le camp, alors que des responsables des forces armées inspectaient des installations.

«Face à des difficultés d’ouvrir la porte blindée, il a été fait appel aux techniciens de Burkina clé. C’est au cours de l’intervention de ces derniers que l’explosion a eu lieu», explique l’armée.

Le bilan fait état d’une personne décédée et un autre grièvement blessé. Tous des civils, membres de l’équipe technique de «Burkina clé». Très prompt, les sapeurs-pompiers  ont vite  maîtrisé l’incendie provoqué par cette explosion.  

Selon notre informateur qui a requis l’anonymat,  les armes et munitions sont très sensibles. Le bruit des travaux de l’équipe technique de «Burkina clé» pourrait  être à la base de l’explosion.