Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

SOCIETE

Le commissariat de police de l’ex arrondissement de Baskuy a démantelé une bande de 7 présumés escrocs qui trompaient la vigilance des citoyens au moyen de fausses coupures de billets de banques. Ils ont été présentés ce vendredi 22 septembre 2017 à la presse par les enquêteurs dudit commissariat. 

Selon la déclaration des enquêteurs, tout serait parti le 11 septembre dernier suite à une dénonciation. Cette personne, a indiqué  avoir  été approchée «par des individus qui détiendraient des billets de banque dits sales, qu’ils désiraient faire laver, si toutefois, elle pouvait trouver de l’argent pour l’achat des produits de lavage».

C’est fort de cette information, que les éléments de la brigade de recherche du commissariat de Baskuy ont entamé les investigations qui ont permis à l’arrestation des sept présumés escrocs de la bande. Il s’agit de Mahamadi Demian, 52 ans, employé de commerce, présumé cerveau du groupe et de six autres (Lookmane Sana 36 ans ; Abass Ouédraogo 38 ans ; Mohamed lamine Derra, 32 ans ; Omer Yougouma  36 ans ; Nourou Kanazoé 25 ans  et Mohamed Sana étudiant de 24 ans). 

Chaque élément de la bande avait un travail spécifique. Citant le présumé cerveau, Mahamadi Demian,  la police a laissé entendre qu’il  a déclaré « avoir reçu les coupures de billets de banque et des produits chimiques des mains d’un de ses amis, ressortissant d’un pays voisin, qui par la même occasion lui a appris la technique d’arnaque ». Il aurait également dit qu’il détient ces fausses coupures depuis plus de deux (02) ans et qu’il ne se rappelle ni l’identité ni le nombre de ces victimes.

Et qu’en est-il de leur procédure pour arnaquer leurs cibles ? « Pour donner de la crédibilité au faux, les escrocs se procurent de faux billets de banque auxquels ils mélangent de vrais billets de banque. Une fois la victime appâtée, ils procèdent au lavage des billets sales à l’aide d’un produit préalablement acheté avec l’argent remis par la victime. A l’issu du lavage, ils remettent à la victime quelques bons billets préalablement insérés dans le lot des fausses coupures. Ils disent à la victime qu’il doit donner plus d’argent pour la suite du lavage. Une fois l’argent pris et si la victime est dans l’incapacité d’en trouver encore, la bande se disperse et c’est la fin » fait savoir les enquêteurs.

Au cours de leur interpellation, la brigade de recherche a pu saisir, entre autres, en leur possession : 19 liasses de faux billets en coupure de 100 dollars US, 3 faux billets en coupure de 10.000 francs CFA, 2 bidons d’un litre chacun contenant du produit chimique, 2 sachets noirs contenant de la poudre noire, 1 lot de papiers blanc sale coupés en forme de billets de banque et  1 lot de papiers vert coupés en forme de billets de banque.

Tout en indiquant qu’ils seront présentés incessamment devant le procureur, les conférenciers du jour ont insisté sur la nécessité de la collaboration des populations avec les forces de sécurité, ce qui leur permettrait de lutter efficacement contre la criminalité.